Principal » voitures » Voiture électrique et rétrofit : ces conversions datent des années 1980 et 1990

Voiture électrique et rétrofit : ces conversions datent des années 1980 et 1990

Gino Paganelli est bien connu des pionniers de la mobilité électrique pour sa Citroën Méhari et son break Volkswagen Golf convertis à l'électrique à une époque où l'opération était quasi impossible. Son parcours atypique et son esprit combatif lui ont permis de réussir là où d'autres se sont cassés les dents.

Sans chariot thermique

En Suisse depuis vingt ans, Gino Paganelli a grandi en France avec la ferme intention de ne pas conduire une voiture essence ou diesel. «Cette idée remonte à mes années de lycée. J'avais suivi un cours sur les moteurs électriques. Notre professeur d'électrotechnique avait parlé d'un rendement de presque 100% alors qu'il n'est que de 30% pour un bloc thermique », se souvient..

«Parce que j'ai un profond respect pour la nature et que j'essaie d'éviter la pollution, j'ai décidé très jeune de passer à l'électrique, sachant que ce projet impliquerait la conversion d'une voiture thermique. Dans les années 1980, elle n'était pas commercialisée. pas de modèle électrique ". , Continuez..

Mehari 1979

"Nous rendons à César ce qui appartient à César: pour Citroën Méhari ce n'est pas moi qui est à l'origine de la conversion." Il a été produit par un certain Monsieur Bourrière. La voiture date de 1979. La transformation a été réalisée par lui dans les années 1980 », corrige immédiatement Gino Paganelli..

«J'ai rencontré ce monsieur lors d'un rallye de véhicules électriques à La Rochelle en 1994. Il avait 80 ans et essayait de mettre de l'ordre dans ses affaires avant son grand match. Il voulait qu'un passionné reprenne son Méhari électrique en France. Jusque-là il lui avait servi dans son lieu de villégiature habituel, à Biarritz, pour rejoindre la mer à quelques kilomètres de là », révèle..

Installation basique

«M. Bourrière était ingénieur électricien en génie civil. Mais ce n'était pas un ingénieur en électronique. Il n'y a pas d'entraînement sur le Mehari mais il y a un gros contacteur. Le départ s'est fait en direct en touchant l'embrayage et les engrenages pour ne pas trop brutaliser le groupe », explique Gino Paganelli..

«Il y a eu des pics électriques monstrueux. Cela explique pourquoi le moteur a laissé son âme l'année dernière, alors que la voiture fonctionnait très mal. L'autonomie n'était que de 30 à 40 km, obtenue à partir d'un pack 96 V 40 Ah NiCd d'une capacité énergétique de 4 kWh ", calcule-t-il..

«Je change cela dans le but de faire fonctionner ce Mehari en 2021. J'installerai des batteries lithium 40 Ah 240 V pour une capacité de 9,6 kWh. L'autonomie sera ainsi doublée: 60-80 km. le moteur est déjà monté. Il vient d'une Citroën Saxo électrique. J'ai aussi besoin de concevoir une grande partie électronique, y compris la transmission ", estime-t-il..

Pickup Volkswagen Golf

«Avant d'avoir ce Méhari, j'ai acheté le pick-up Golf 1987 pour le rendre électrique. Avant, je m'inquiétais des limites que le service des mines m'imposerait. Au début, ils m'ont donné un« non »catégorique, se souvient Gino Paganelli.

«Sur mon insistance, et me trouvant certainement en détresse, ils ont énuméré certaines obligations envers moi, m'assurant que l'opération serait très difficile à réaliser. Avant tout: respectez le poids total chargé par essieu. Il ne doit toucher ni la direction ni le système de freinage », poursuit-il...

«J'ai dû soumettre un dossier sur ce projet. Je l'ai écrit sur la machine à écrire, dans l'espoir d'obtenir un avis favorable. J'ai choisi un petit utilitaire qui me permettrait d'accueillir 500 kilos de batterie plomb-acide et de pouvoir avoir 250 kg de charge utile. En libérant la Golf de l'échappement, de la roue de secours et du réservoir de carburant, j'ai pu accrocher le colis sous la benne du camion sans qu'il soit visible », explique-t-il....

Avec les médias à portée de main

«Au début des années 90, je n'avais pas d'autre choix que de prendre des batteries au plomb-acide. Les premières batteries NiCd étaient principalement utilisées pour l'industrie aérospatiale et coûtaient cher. Conduisant avec un pied très léger, j'ai pu atteindre jusqu'à 100 km d'autonomie avec le pack 52Ah en dessous de 240V et une puissance de 12,5kWh. Il pilotait un moteur de 50 kW développant un couple de 220 Nm », témoigne Gino Paganelli..

«Un an s'est écoulé entre mon premier contact avec le service des mines et l'obtention de la carte grise. Lorsque j'ai fait cette conversion dans le cadre de mon projet d'ingénierie final, j'ai travaillé à temps plein chez Golf pendant 6 mois », rapporte-t-il....

«J'avais une échéance stricte: novembre 1994, pour pouvoir participer au rallye de La Rochelle. Il a servi de levier pour faire bouger un peu les choses du côté du département des mines. Plusieurs prêteurs, dont l'Ademe était le principal, ont supporté le coût de la transformation », poursuit notre interlocuteur..

Nouvelle configuration

«A l'exception des longs voyages de vacances, le Golf électrique m'a servi pour tous mes déplacements jusqu'à l'arrivée des enfants. Renault Kangoo du début des années 2000, modèles Electri 'Cité et Elect ' Road, puis ils ont pris le relais », dit Gino Paganelli.

«J'ai parcouru 60 000 kilomètres dans la Volkswagen convertie à une vitesse maximale de 140 km / h. Elle a reçu 2 jeux de batteries plomb-acide qui ont duré environ 7 ans chacun. En 2009, je suis passé au NiCd avec des cellules Saft STM 100 pour une 21,6 kWh, ce qui m'a permis d'atteindre 130 km très confortablement avec une recharge. Je prépare une nouvelle architecture au lithium. La capacité sera la même, mais la Golf bénéficiera d'une meilleure autonomie grâce à la réduction de 200 kg de poids sac à dos ", projets..

Conversion en Suisse

«En Suisse, il est très difficile de transformer une voiture thermique en une voiture électrique. Le règlement est effectué au niveau cantonal. Chaque canton a ses propres règles et exceptions. Par conséquent, la mise à niveau n'est possible que pour convaincre le bureau local. J'espère aussi rencontrer des difficultés pour Mehari, toujours immatriculée en France », explique Gino Paganelli..

«Le golf a déjà ses documents suisses. Les véhicules en provenance de l'étranger, lorsqu'ils sont installés dans le pays, sont considérés comme des effets: leur immatriculation en Suisse est donc systématique. C'est grâce à cela que les gens peuvent amener des voitures américaines sur le territoire, parfois par l'intermédiaire de connaissances », ajoute-t-il....

Et modernisation en France

Il y a quelques années, Gino Paganelli était ingénieur chez Michelin. Avec l'acquisition de Symbio, spécialiste des prolongateurs d'autonomie hydrogène, issu d'une joint-venture créée par le constructeur et Faurecia, il devient chercheur dans le domaine des véhicules électriques PAC H2. «Physiquement, j'habite toujours chez Michelin», dit-il...

"Vous m'apprenez à légaliser la modernisation en France. Je trouve cette évolution très bonne. La technologie est très mature pour les véhicules électriques à batterie", dit-il. "D'un autre côté, je pense qu'il est prématuré de permettre aux installateurs d'effectuer des conversions à l'hydrogène. Il faut surveiller de près. Il y a des problèmes de sécurité qui ne doivent pas être traités à la légère, notamment en ce qui concerne les réservoirs" il prétend...

Automobile Propre et moi tenons à remercier Gino Paganelli pour sa réactivité et le temps passé à répondre à nos questions...

Recommandé
Laissez Vos Commentaires