Principal » actualités » Véhicules électriques et hybrides : Les gestionnaires de flottes s’y préparent

Véhicules électriques et hybrides : Les gestionnaires de flottes s’y préparent

Organisées par le magazine Flottes Automobiles, les Rencontres Flotauto ont donné une place d'honneur aux véhicules électriques parmi les exposants. La participation à l'une des conférences programmées dans ce cadre a permis d'évaluer la perception des gestionnaires de flotte dans le contexte d'une loi Lom initialement perçue comme une limite supplémentaire...

Mix énergétique ?

Il y avait beaucoup de monde à cette conférence intitulée "LOM, WLTP, Crit 'Air and Taxes: What Power Combination for Fleet?" Il est principalement réservé aux gestionnaires de flotte. En plus des inscrits, il était possible de remplir les lignes pendant quelques minutes avant le début des discours, s'il y avait des postes vacants..

Ainsi, nous avons pu bénéficier des commentaires des 4 intervenants, tous en charge des flottes, à la fois pour le compte de leur propre entreprise et au service d'autres entreprises...

Ce mix énergétique, promis par le titre de la conférence, conserve son point d'interrogation après les débats.

Lom

Dans l'introduction des interventions, les grandes lignes de la loi d'orientation de la mobilité à destination des gestionnaires de flottes privées et communautaires ont été brièvement rappelées...

Selon l'article 77, ils devront intégrer progressivement une part croissante de véhicules à faibles émissions (jusqu'à 60 grammes de CO2 par kilomètre): 10% à partir du 1er janvier 2022 pour les voitures particulières mais début 2023 pour les véhicules spot publicité légère; 20% en 2024 pour tous ces véhicules; 35% en 2027; et 50% en 2030.

Une feuille de route qui laisse les parties prenantes sceptiques. Aujourd'hui, en France, 90% des flottes de l'entreprise sont constituées de modèles diesel. Ce dont ils ont peur: de nouvelles directives gouvernementales qui guideraient le mix énergétique vers un nouvel objectif, quand il est encore grossièrement défini..

Prisme financier

"Le rôle du gestionnaire de flotte est compliqué", alors que la loi de Lom "les conduit à une marche incontrôlée", estiment les 4 intervenants. Pour eux, leurs travaux les incitent à voir d'abord la composition du matériel roulant «à travers une lentille financière». La pertinence économique reviendrait toujours, pour beaucoup d'entre eux, au moteur diesel.

Les gestionnaires de flottes sont contraints de "jouer un rôle contradictoire dans l'anticipation des positions résultant de la loi de Lom"..

Un réel manque d'enthousiasme, bien que compréhensible, a été palpable pendant le cours de 45 minutes. D'où un commentaire de l'assistance, qui rappelle "l'urgence super climatique pour ne pas surmonter un cours irréversible". Cette militante de l'adoption du vélo, lorsque cela est possible, a appelé les gestionnaires de la flotte à laquelle elle appartient: «Participez, plus vite que vous ne le pensez, à la reconversion de la flotte!.

Parmi les avenues timides, sortez des biocarburants ?

Redirection vers des modèles essence, hybrides et / ou électriques, promotion de l'éco-conduite, réduction de la taille des véhicules, abandon de certains équipements, etc. : des chemins différents sont apparus, sans être partagés par tous. Mais pas les biocarburants.

D'où une nouvelle voix d'assistance, portée par un acteur de la filière GNV / bioGNV, émerveillé par le manque d'intérêt des gestionnaires de flottes pour «le biogaz aussi compétitif qu'électrique».

L'un des 4 intervenants a reconnu que "la loi d'orientation de la mobilité ne se limite pas à l'électricité pour le renouvellement des flottes", mettant l'accent sur "l'énergie propre au sens large", tout en établissant des "obligations d'installation dans les centrales électriques". recharge des véhicules électriques ".

Si, comme pour les autres biocarburants, le bioGNV est négligé dans les flottes de véhicules utilitaires et de voitures particulières électriques, c'est principalement parce que les estimations WLTP excluent ces appareils des véhicules à faibles émissions lorsqu'ils sont alimentés à l'électricité. gaz naturel. L'un des intervenants a cependant assuré qu'il travaillait sur la mobilité GNV avec des fabricants intéressés...

Freins mentionnés

Pour ceux qui souhaiteraient prendre la décision de passer progressivement aux véhicules à essence, ce serait le TCO (coût total de possession) qui bloquerait.

"C'est 150 euros de plus par mois et par véhicule lors du passage du diesel à l'essence", a déclaré l'un des intervenants. Une estimation publiquement contredite par un gestionnaire de flotte qui a mentionné des avantages financiers légaux en compensation..

Pour d'autres, la loi de Lom marque la fin des SUV diesel au profit des hybrides rechargeables ou des modèles plus petits, mais aussi l'abandon de la transmission automatique qui amène les véhicules à consommer plus de carburant en échange d'un plus grand confort pour le utilisateur pour camions long-courriers.

Même dans l'électrique

Modèles électriques? «Impossible pour mes agents qui peuvent parcourir 25 kilomètres un jour et plus de 400 le lendemain! ", Il a justifié l'un des orateurs.

Parmi les autres freins mentionnés pour une conversion de flotte en électrique: "Non compatible avec un kilométrage annuel de 65 000 km"; «Les voitures de nos agents sont également utilisées pour partir en vacances, nous ne leur demanderons donc pas de s'écraser plusieurs fois par heure pour recharger les batteries»; "Comment gérons-nous la transformation de l'entreprise, la recharge, le remboursement des frais d'électricité?", Etcetera..

Et un attrait particulier pour Bouygues de la part d'une entreprise qui collabore avec l'entreprise de construction: "Mettez des bornes de recharge sur tous vos sites!".

Compatible avec VE

Cependant, plusieurs gestionnaires de flotte ont fait état d'expériences réussies dans l'adoption de véhicules électriques..

En compagnie de l'un des intervenants, où le diesel est sur le point de disparaître notamment au profit des modèles essence, le PDG conduit une Tesla, et lentement tous les membres de la direction seront appelés à faire de même: «Même s'il faut mettre plus d'argent sur la table au début, on se retrouve là avec l'exonération des TVS, des loyers, du coût de l'énergie, surtout pour les gros véhicules. Certains de nos employés viennent travailler avec nous avec une voiture électrique personnelle et se rechargent sans problème dans le parking de nos agences ".

Pour un autre qui invite ses confrères à ne pas être vigilants: «20 à 30% des flottes de nos clients sont compatibles avec les modèles électrifiés». Dans votre entreprise, nous nous intéressons également à l'hydrogène. Un tiers témoigne que son PDG agit comme Zoe "pour montrer que nous sommes impliqués dans cela".

Pas de réponse unique

En conclusion, les intervenants reconnaissent qu'il n'y a pas de mix énergétique unique. Cette dernière dépend de plusieurs facteurs, tels que la culture d'entreprise, l'utilisation des véhicules, les professions, l'expérience. "C'est l'usage qui fera de l'énergie!", Résume l'un des intervenants.

Mis à part quelques expériences réussies, ce qui émanait du public était principalement une forme de dérogation à une loi qui imposait de nouvelles restrictions aux gestionnaires de flotte. Souvent, ils se sentent perdus face à une feuille de route qu'ils jugent trop rapide et difficile à lire...

D'autres cours, également programmés dans le cadre des Rencontres Flotauto, peuvent vous aider à y voir un peu plus clair. C'est aussi et surtout une bénédiction de nouer des contacts avec des collègues d'entreprises de taille et d'activité similaires..

Recommandé
Laissez Vos Commentaires