Principal » actualités » Une voiture électrique à condition de pouvoir la recharger proprement

Une voiture électrique à condition de pouvoir la recharger proprement

Illustration: SyDEV

Président pendant 2 ans de Meuse Nature Environnement, département départemental de France Nature Environnement, Jean-Marie Hanotel a introduit la voiture électrique chez lui en sensibilisant à la protection de l'environnement et parce qu'il avait déjà installé des panneaux solaires sur le toit de sa maison.

Depuis la Citroën C-Zero

...

Résident et évoluant principalement en milieu rural, Jean-Marie Hanotel a été tenté en septembre 2012 par l'offre de location à 199 euros par mois pour une Citroën C-Zero livrée en gris métallisé.

C'était principalement sa femme, qui travaillait dans le secteur social, qui utilisait initialement la voiture quotidiennement, à une vitesse d'environ 50 kilomètres par jour. Une distance accumulée qui, dans cette citadine, pourrait être parcourue avec la production moyenne d'électricité autorisée par le petit système solaire familial..

Le couple a très vite apprécié de pouvoir s'allumer simplement en branchant un cordon dans une prise du garage, sans avoir à passer par le box de la station-service....

...

à la Peugeot iOn

Cinq ans plus tard, Jean-Marie Hanotel décide de céder sa 607 et l'emmène chez Peugeot pour un contrôle préalable. Puis il a trouvé une offre d'achat d'un peu plus de 10000 € pour une nouvelle Peugeot iOn..

Après une brève discussion avec sa femme, il a révisé le scénario, d'autant plus que l'offre commerciale à durée limitée avait expiré. Le détaillant doit avoir réfléchi sérieusement à une solution acceptable..

"Le concessionnaire nous a rendu le 607 pour 4 500 euros puis nous avons vendu notre C-Zero à une personne alsacienne avec un outil pour vérifier l'état de la batterie. Avec 55 000 kilomètres au compteur, il n'avait pas perdu beaucoup de capacité. L l'affaire a été conclue à 8 000 euros », explique le chauffeur de la Meuse..

Toujours pas de balanciers à bord

Au-delà de la couleur noire, du nom de la voiture et du logo de la marque, le duo Hanotel n'a remarqué aucune différence entre Peugeot iOn et Citroën C-Zero. "L'horloge manque toujours", explique sa femme, principale utilisatrice du véhicule..

Fin décembre 2019, la nouvelle citadine électrique avait parcouru 17000 kilomètres. Une récente collision avec un sanglier nécessite des réparations, notamment le pare-chocs avant qui doit être remplacé. «Seul le petit montage de phares de feux de jour / antibrouillards coûte plus de 400 euros», surprend notre interlocuteur.

Approche environnementale

Pour le couple Hanotel, l'achat d'une voiture électrique s'inscrit dans une démarche environnementale globale. «Equipée d'un chauffe-eau solaire depuis 2003 et d'une chaudière à bois dont le combustible est prélevé dans un rayon maximum de 3 kilomètres, la maison supporte 2 × 20 m2 de panneaux solaires, la moitié pour la revente et l'autre autoproduite. ", souligne notre interlocuteur.

«Notre production d'électricité en 2019 était de 2 800 kWh, soit plus que la consommation de la maison et de la voiture. En été, les panneaux sortent 15-17 kWh par jour, contre 0,6 en hiver », explique le président de Meuse Nature Environnement..

Le couple utilise toujours une voiture thermique pour les longues distances. "Les modèles électriques avec une autonomie suffisante pour ces déplacements sont trop chers aujourd'hui", regrette-t-il..

Réinventez la mobilité

«La mobilité électrique sur de longues distances existe déjà avec le chemin de fer. Aujourd'hui, les voitures sont plus destinées aux courtes distances », explique Jean-Marie Hanotel..

Il prévoit un développement de la location de voitures électriques pour les déplacements interurbains multimodaux "mais pas au rythme des agences habituelles". Lors d'un récent voyage à Strasbourg, par exemple, il a apprécié le principe du covoiturage avec Citiz, à un prix plus attractif..

En revanche, notre interlocuteur constate que l'augmentation du trafic et de la pollution du transport maritime et routier de marchandises n'est pas suffisamment signalée: «Si le coût de ces livraisons était plus élevé, nous n'apporterions pas autant de marchandises du monde entier. ".

Recharge gratuite grâce au laboratoire Bure

C'est avec l'ouverture de l'usine de Fessenheim (68) que Jean-Marie Hanotel devient antinucléaire à l'âge de 15 ans. "Je suis allé démontrer sans savoir à l'époque que les déchets risquaient d'être enterrés dans mon appartement de Meuse", raconte-t-il....

Si cette question se pose spontanément dans la conversation, c'est parce que dans cette zone rurale la recharge est gratuite aux bornes installées sur la route. Et cela grâce au GIP (groupement d'intérêt public) Objectif Meuse qui soutient le programme du laboratoire de Bure, en bordure de Haure-Marne.

"C'est une manière de se faire connaître. Un budget annuel de 60 millions d'euros est prévu pour ce type d'action pour la Meuse, et les deux pour l'Alta Marne"..

Contre la décharge

«Enterrer des déchets pour les oublier aura un impact sur des dizaines et des dizaines de générations futures, âgées de 25 000 à 40 000 ans, qui ne profiteront même pas du confort que procurent nos centrales nucléaires actuelles», explique Jean-Marie Hanotel..

Il prend en charge le stockage souterrain sur les sites concernés. Et ce, "à la fois pour éviter le danger d'accidents lors du transport de ces déchets, et pour que les scientifiques continuent à chercher une solution acceptable pour les traiter", justifie..

100% énergie renouvelable ?

Les sources d'énergie renouvelables couvriront tous les besoins en électricité? ?

Jean-Marie Hanotel n'a pas de réponse toute prête à cette question. Il fait beaucoup de documentation, croise des informations, interroge différentes sensibilités et se forme une opinion qui, cependant, ne cherche pas à s'imposer..

Par prudence, il estime, comme Jean-Marc Jancovici, ingénieur et enseignant, qu'il serait "nécessaire d'exploiter ce qui reste des énergies fossiles pour produire aujourd'hui les moyens de produire demain". assez d'énergie propre ".

Automobile Propre et moi tenons à remercier Jean-Marie Hanotel d'avoir accepté à la volée, dans son village vacances, de répondre à notre demande..

#video_insert_place
Recommandé
Laissez Vos Commentaires