Principal » stratégie » Objectifs CO2 : les constructeurs risquent des milliards de pénalités

Objectifs CO2 : les constructeurs risquent des milliards de pénalités

Dans deux ans, les groupes automobiles devront atteindre de nouveaux niveaux d'émissions de CO2. Cependant, cette règle de 2021 est loin d'être respectée, avec le risque de payer des amendes allant jusqu'à plusieurs milliards d'euros, calculées par JATO Dynamics..

La réglementation en matière de pollution sera renforcée en Europe car tous les producteurs devront répondre à moins de 95 g / km de CO2 d'ici 2021. Et il est clair que personne n'a atteint cette barrière. Par conséquent, les marques sont menacées de sanctions imposées par l'UE en cas de non-conformité...

Nous abordons également stratégiquement cet aspect cette semaine. Ici, l'organisation de données JATO Dynamics a abordé le sujet d'un point de vue purement financier et en omettant l'avenir électrifié. Le spécialiste des données automobiles révèle ainsi ses éventuelles sanctions, si on s'arrête aux tarifs 2018. Il omet également le «supercrédit» 2020-2022 et la marche d'électrification..

Toyota en tête, Nissan et favori français

Toyota est de loin le meilleur élève de cette course, avec une moyenne de 101,3 g / km de CO2 émis en 2018. Les Japonais, profitant de sa politique hybride, n'auraient qu'à débourser «550 millions». euro au taux actuel, et vous n'aurez aucun problème à atteindre l'objectif 2021.

Plus difficile pour son compatriote Nissan (112,9 g / km), qui risque une amende de 1,14 milliard d'euros. Renault et PSA ne sont pas loin derrière, enregistrant respectivement 114,2 et 113,2 g / km, avec leurs citadines et compactes comme gamme principale...

Cependant, ils sont les plus exposés économiquement, puisque les pénalités, calculées sur la base du volume des ventes, seraient de 3,57 et 5,39 millions d'euros. Pour PSA, ce montant représente près de trois fois ses bénéfices et deux fois pour Renault..

Volkswagen en rouge

La sanction théorique la plus élevée est celle du groupe Volkswagen. Avec un retard de 26,6 g / km, la sanction serait de 9,19 milliards d'euros, soit 76% des bénéfices de 2018. Les autres Allemands, Daimler et BMW, seraient exposés à environ 3 milliards d'amendes. (- 50% des bénéfices), comme Hyundai-Kia et Ford.

Enfin, Volvo, avec une moyenne de 130,2 g / km, devra (et sera) s'électrifier à outrance. Même si l'impact était limité à 770 millions d'euros, il représenterait tout de même 82% de ses bénéfices.

Le défilé FCA

Fiat-Chrysler a effectué un tour de passe-passe astucieux. Loin d'être vert (127 g / km), le groupe a négocié l'intégration de Tesla dans ses comptes CO2, en échange d'un montant encore inconnu. Ce qui semble être un piège à certains est parfaitement autorisé, car l'UE a laissé cette possibilité.

Recommandé
Laissez Vos Commentaires