Principal » actualités » Nouvelle Série 2 M235i : la dernière vraie sportive BMW ?

Nouvelle Série 2 M235i : la dernière vraie sportive BMW ?

Vendu à 150000 exemplaires, il était temps pour Coupé Série 1 retirer pour être remplacé. Pour cette deuxième génération de coupé dérivé du compact, BMW a introduit, comme pour la Série 3 avec le Coupé Série 4 (voir notre test), la numérotation paire pour donner naissance Série 2 Coupé (F22). Le changement ne se limite pas au nom, car cette deux portes diffère de la berline à bien des égards..

Afin de ne rien gâcher, Abcmoteur a pu tester le plus puissant des moteurs disponibles: le puissant M235i de 326 ch !

Un design plus expressif et statutaire que le Coupé Série 1

Avec sa face avant spécifique, le M235i se démarque du M135i et ce n'est pas une mauvaise chose. Les principales différences résident optique -Ils ont tous deux dénoncé, les haricots et, dans une moindre mesure, le bouclier. L'ensemble reste décisif, mais moins lourd et, surtout, nettement plus Élégant et harmonieux. Par rapport à son prédécesseur, on obtient un arc plus expressif et dynamique avec ces phares surélevés..

Les jantes M Ferricgrau 18 pouces standard

Sur les parois latérales, il y a un pli très marqué qui commence à la roue avant et se termine dans le coffre. Ce trait donne un look fort dans le coupé jusqu'à une E30 Serie 3 (4,45 m) des années 80. Il s'allonge donc de 9 cm par rapport à la Série 1 Coupé (E82) et gagne également 2 cm de largeur (1,77 m) et cède, à la place, de 2 cm de hauteur pour une marche continue d'un peu moins de 3 cm.

Le poids (1470 kg) est stable

Le diffuseur arrière en "Dark Shadow", dommage que les deux douilles de couleur sombre se fondent dedans

Quant à la poupe, elle est aussi plus agréable à l'oeil que la M135i, mais on regrette qu'elle soit si neutre malgré un double échappement gauche / droite, avec une lèvre discrète sur la poitrine et un bouclier qui se veut musclé. La conception de l'éclairage aurait bénéficié d'une plus grande sportivité et d'un design intérieur plus élaboré. De plus, un coupé de la Série 1 est plus massif et viril, tout en étant aidé par des passages de roue arrière moins inégaux...


À l'intérieur d'un M235i bien élevé

...

Une fois dans la cabine, vous remarquez immédiatement le beau volant M Doublé de cuir à trois branches avec deux rames avec un style légèrement rétro. Des inserts décoratifs hexagonaux en aluminium se trouvent sur le tableau de bord (partagé avec la série 1 actuelle), la console centrale et les poignées de porte. A cela, on note le repose-pieds en aluminium - mais pas pour les deux pédales - et les sièges enveloppants en cuir Dakota "Schwarz" (+ 1450 €) au design peu importe que malheureusement le catalogue d'options ne permettra pas de remplacer.

La présentation est belle mais très peu de choses ont changé et le grain de la planche de bord aurait dû être plus fin.

La crise cardiaque! C'est chauffage optionnel (+ 200 €)

Les traversins latéraux du siège sont réglables électriquement de série

Aucun mastodonte ne sera pas confondu alors que BMW continue de faire évoluer ses modèles, même les leviers de réglage du siège ont conservé la même forme qu'une Série 3 E36 des années 90.. !

1.80m les gens se sentiront tendus (tête et jambes serrées)

Le volume du coffre est très bon: 390 litres (+ 20 litres)

Bref, le noir domine, même sur la tête d'affiche, et donc l'ambiance semble bonne. sobre quant à la cavalerie disponible sous le pied droit. Une attitude que la marque allemande a déjà adoptée pour son turbo 2002 (4 cylindres 2.0 l 170 ch) présenté en 1973 et qui n'hésite pas à se comparer au tout récent M235i..



Un coupé radical ou habitable ?

Cependant, cette ambiance chaleureuse s'estompe un peu lorsque la marque de fabrique du fabricant se réveille! Avec une cylindrée de 3,0 litres et suralimenté, il développe un soupçon de 326 cv (+ 6 ch par rapport au M135i) pour 450 Nm de couple à partir de 1300 tr / min! Le bruit de la mécanique, en effet, vient caresser nos oreilles lorsque le régime moteur se stabilise avant de disparaître. Nous mourons déjà d'envie de conduire !

À l'intérieur une position de conduite irréprochable Et sans donner l'impression d'être trop loin du pare-brise comme dans de nombreuses voitures modernes, le capot bombé est légèrement débordé. Le premier à entrer dans la transmission automatique en mode D, la voiture démarre avec un jet d'essence.

0-100 km / h accélère en 4,8 s, 0,1 s de mieux que le M135i (320 ch) et 0,5 s de moins que 306 ch 135i Série 1 Coupé (E82)

Une fois hors de la ville où le M235i ne craignait pas d'abaisser le compteur de vitesse, les premières routes sinueuses apparaissent, l'occasion de régler le Bavarian pour un comportement plus dynamique avec suspension, la direction DirectDrive pour Variable Shift (de série) et le BVA8 . (+ 2300 €, mais avec une pénalité écologique allant de 4000 € à 3000 €) en mode sport. Immédiatement, le cadran RPM monte d'un cran, le son du moteur est amplifié, tandis que la suspension est plus ferme.

Vmax est limité électroniquement à 250 km / h

Dès les premiers virages à un rythme plus rapide, le pilote ne fait plus qu'un avec le M235i, très peu de roulis est nécessaire; parfois seuls quelques mouvements du corps sont remarqués à l'appui de la surface dégradée. plus loin, la direction est assez forte et la bande son ravissante ! Bref, il est très difficile de ne pas dépasser les limites de vitesse, les tours sont grisants, une qualité intrinsèque de la L6 !

La série 2 aura droit aux accessoires M Performance (jupes latérales, spoiler, pot d'échappement, volant, inserts carbone,

...

) avec notamment un verrouillage mécanique

Si on passe au Sport +, les aides électroniques deviennent encore plus indulgentes et permettent de sortir légèrement des virages, mais il faut vraiment. forcer la ligne pour tenter d'attraper le très accrocheur Michelin Super Sport (FR: 225/40 ZR 18 - AR: 245/35 ZR 18) en faute. De plus, le freinage est assuré par un système M Performance efficace et durable. Nous regretterons simplement que le mordre il n'est plus prononcé, surtout car la puissance délivrée par la pédale se dose facilement.

Dans le même temps, la transmission automatique ZF à 8 rapports pèche lors du changement de vitesse (supérieur et inférieur) avec latence un peu trop élevée, également en séquence. S'il fait très bien son travail à un rythme calme, il manque de réactivité lors d'une utilisation dynamique. Le S tronic de l'Audi S5 Sportback (voir notre test), ici à double embrayage, répond plus vite et glisse un peu moins.

Le confort ne sera pas du goût de tout le monde et la suspension adaptative standard ne brille pas vraiment. Dans sa défense, le M235i est sportif et a certainement un court débattement de suspension, mais toujours pas trop sec, ce qui permet une utilisation quotidienne et de longs trajets....

Le caractère du M235i est bien plus ludique que celui d'un 435i plus orienté vers le confort et devant supporter plus de poids.

Enfin, en termes de consommation, le coupé n'a pas été tiré par les cheveux lors du test. En bon parent, il est possible d'approcher 8,5 l / 100 km, avec un pied plus lourd il tourne autour de la moyenne 10 litres et sans se priver nous avons atteint près de 13 litres. Pour monter plus haut, par exemple, vous devrez réinitialiser la consommation avant le départ d'un col de montagne..

La BMW M235i en vidéo

Vues extérieures / intérieures, manipulation et bruits d'échappement:

À retenir ?

Le meilleur Le minimum
- six cylindres en ligne pour le plaisir et le son
- bon comportement et propulsion (tempérament, motricité,

...

)
- polyvalence (4 places, volume de coffre généreux, banquette divisée en deux,

...

)

- changement de vitesse automatique un peu lent lorsque le rythme augmente
- La différence entre les modes de sommeil adaptatifs est à peine perceptible en termes de confort
- turbo linéarité L6
Modèle testé Prix
BMW M235i Coupé BVA8 49 900 €
Modèles compétitifs Prix
Audi S3 4 cylindres 2,0 l TSI 300 ch S tronic - 48190 €
Mercedes A 45 AMG 4Matic 4 cylindres 2,0 l 360 CV DCT - 52600 €
Nissan 370Z V6 3,7 l 328 CV BVA7 - 38 200 €

Sans véritable concurrent direct

...

Vendu neuf par 47 600 € Avec la transmission manuelle à six vitesses, la nouvelle BMW M235i Coupé n'est pas bon marché. En retour, il propose équipement technologique de pointe (mode éco roue libre, suspension pilote, sens de marche variable, système multimédia connecté,

...

), un plaisir de conduire très présent, mais surtout une formule que l'on ne retrouve pas dans la compétition.. Pas rival il ne peut pas offrir un coupé six cylindres, un quatre places compact et un coffre généreux.

Quand saurons-nous que la prochaine génération de la Série 1 sera à traction avant, Les amoureux du genre auraient tort de se priver pour ce M Performance, en attente d'un possible M2? - un jalon dans l'histoire de BMW !

BMW M235i Coupé 3.0 l 326 CV BVA8

Informations générales
Commercialisation 13 mars 2014
nation Allemagne
Carburant / énergie essence
Nouveau prix 49 900 €
Mécanique
Déplacement 6 cylindres turbo de 3,0 litres
Puissance 326 ch à 5800 tr / min
Couple 450 Nm à 1300 tr / min
Transmission arrière (propulsion)
Montre
Pleine vitesse 250 km / h (limité électroniquement)
0 à 100 km / h 4,8 s
Consommation cycle mixte: 7,6 l aux 100 km
Emissions de CO2 176 g / km
Autonomie Environ 617 km
Poids et mesures
Poids à vide 1470 kilogrammes
Dimensions L: 4,45 m / l: 1,77 m / h: 1,41 m
Réservoir 52 litres
Volume du coffre 390 litres
Pneu avant / arrière 225/40 Z R18 - 245/35 ZR 18

Recommandé
Laissez Vos Commentaires