Principal » guide conso » Mobilité électrique : quel avenir après le confinement ?

Mobilité électrique : quel avenir après le confinement ?

Le président du groupe d'étude «Véhicules terrestres» de l'Assemblée nationale, Damien Adam, est optimiste quant à la mobilité électrique après le verrouillage. Automobile Propre Reader, donnez-nous votre analyse.

Un marché en difficulté

«Le CCFA [Note de la rédaction: Comité des constructeurs automobiles français] a noté une baisse de 70% des ventes en mars et prédit un marché quasi nul en avril et mai 2020 qui sera moins bon qu'en 2019 Mais je ne suis pas inquiet. , même si le marché automobile est en difficulté et souffre actuellement de confinement », explique Damien Adam...

«L'introduction en début d'année des nouvelles limites d'émission de CO2 de 95 grammes de CO2 par kilomètre selon la norme CAFE a déjà commencé à porter ses fruits. On le voit dans la bonne dynamique commerciale des modèles électriques et hybrides rechargeables en janvier et février, même si les chiffres tiennent compte d'un report des achats de véhicules effectués à fin 2019 », rapporte-t-il. Par exemple, ces véhicules connectés représentaient 13% des ventes en février 2020, contre 6,6% le même mois l'année dernière...

30 octobre 2018: Session de questions au gouvernement
M. Damien Adam

Accélérateur

«Cette crise sanitaire et économique devrait stimuler les hybrides rechargeables et les voitures électriques, y compris celles qui fonctionnent à l'hydrogène», déclare Damien Adam..

«Les panneaux vont dans ce sens. Par exemple, la réorientation de Renault en Chine dans les voitures électriques et le partenariat entre Daimler et Volvo pour développer des camions à hydrogène. De plus, les fabricants proposent désormais des portefeuilles de modèles électriques très attractifs, en particulier dans les segments inférieurs », indique-t-il..

«L'avantage que nous avons aujourd'hui face à la crise financière de 2008 est que la production de voitures s'est arrêtée, ce qui a empêché la vente de stocks importants. Il y a 12 ans, il était nécessaire d'introduire une caution à la casse de 1 000 € pour soutenir l'industrie », se souvient-il...

Prioriser les mannequins

«La crise actuelle obligera les producteurs à prendre des décisions. La priorité sera donnée aux véhicules électriques et hybrides rechargeables. Renault accélère avec sa Twingo électrique et Volkswagen veut garder sa feuille de route pour son ID.3 malgré les problèmes logiciels rencontrés », note Damien Adam...

«Ces modèles sont une solution pour la mobilité individuelle à court et moyen terme. Cette perception est encore renforcée par la crise », souligne-t-il..

Diminuer l'aide

...

«Il existe aujourd'hui 2 outils pour aider le grand public vers une mobilité plus vertueuse: le système de bonus / malus et le bonus de conversion. Tous deux sont financés par les revenus perçus au titre de la pénalité. Ce dernier sera réduit en raison du ralentissement des ventes de de nouvelles voitures. Il va donc falloir trouver un moyen de combler le vide », déclare Damien Adam..

Une reprise budgétaire de cette aide pour accompagner la reprise de l'économie après l'endiguement? "Non, car les besoins de réactivation de l'économie s'élèvent à des milliards d'euros alors que le produit de la sanction s'élève à quelques centaines de millions", a-t-il répondu...

...

ou les augmenter ?

Envisagez-vous d'aller plus loin dans l'aide à l'achat de voitures électriques après votre sortie de prison? "Il est trop tôt pour le dire, car pour le moment nous ne connaissons pas les réactions des pilotes. Mon opinion est cependant que ceux qui envisageaient d'acheter une voiture électrique en février dernier devraient poursuivre leur projet une fois le fermeture », objecte le député LREM du premier arrondissement de Seine-Maritime..

«Évidemment, le prix de l'essence et du diesel a baissé de 20 centimes depuis début mars, mais l'achat d'un véhicule neuf se reflète sur le long terme. Les clients savent que la baisse des prix du carburant n'est que temporaire », poursuit-il..

Indices possibles

«Si on mettait en place un nouvel outil, ce serait une augmentation de la prime de conversion. Ce serait pour aider les constructeurs à vendre leurs parts. En 2019, 2 millions de véhicules ont été vendus en France. On estime déjà que cette année on verra une baisse de ces chiffres de l'ordre de 10-20% - que l'on ne retrouvera pas -, mais avec une bonne représentation des véhicules électriques », estime Damien Adam..

«Pour les entreprises, bien entendu, on a entendu dire que la réduction des aides à l'achat de véhicules électriques lors des renouvellements de flotte fait craindre aux professionnels que le TCO ne soit plus attractif avec ces modèles. La secrétaire d'État Agnès Pannier-Runacher, chef de l'industrie et des PME, a démontré le contraire: le TCO est, au pire, équivalent et, souvent, meilleur avec les véhicules électriques », fait-il valoir..

Récompenses pour la modernisation électrique ?

«La modernisation électrique est un enjeu que nous avons promu dans le cadre des travaux sur la loi d'orientation de la mobilité. Au début, cela n'existait pas et les producteurs étaient réticents. Le thème a mis du temps à émerger », rappelle Damien Adam..

«Un moteur électrique dure beaucoup plus longtemps qu'un bloc thermique. Je sais qu'une entreprise proche d'Orléans [Ndlr: Transition One] espère pouvoir convertir pour 5 000 euros. des avantages fiscaux? comme? Il y a aussi la question du montage d'un kit pour faire tourner un moteur avec E85 ", associe le président du groupe d'étude" Véhicules terrestres "..

Bien entendu, la modernisation électrique s'inscrit dans une économie circulaire et permet d'utiliser moins de ressources, mais cette solution n'est viable que si son coût est attractif par rapport à un modèle comme celui de Renault. proposera en France sous la marque Dacia de K-ZE », précise Damien Adam. Par conséquent, la conversion ne doit pas dépasser un budget de 10 000 euros », calcule-t-il..

"Faut-il allouer des aides pour cette opération?", Se demande le commissaire qui met en perspective d'autres questions: quel usage sera fait des véhicules transformés? Pourquoi le kilométrage annuel? Quelle durée de l'opération? Etc. La question de l'aide gouvernementale à la modernisation n'est pas à l'ordre du jour aujourd'hui.

Assistance à la charge

Pour le parlementaire, la priorité est «l'accès au fret». Il s'inquiète également: "Nous devons résoudre les problèmes du droit à la copropriété. Je me bats avec le mien depuis plus de 2 ans. Lors des réunions des copropriétaires, il entend encore: 'N'achète pas de voitures électriques '", regrette-t-il..

"Nous devons revoir notre copie à ce sujet, aller au-delà des questions juridiques. Nous avons l'opportunité de faire quelque chose. C'est une question sur laquelle Bercy travaille avec la coopération du Premier ministre", se réjouit-il....

Terminaux dans l'espace public

«Je suis conscient des problèmes rencontrés à Izivia Corri-Door et de l'augmentation des prix du réseau Ionity. La loi LOM exige qu'il y ait suffisamment de bornes en service pour le nombre de véhicules électriques en circulation », explique Damien Adam.« Avant la crise des coronavirus, on savait déjà que l'objectif 2022 serait difficile à atteindre. Le confinement n'aide pas. du tout », évalue-t-il..

«Nous envisageons actuellement une augmentation de la part de rémunération, en particulier pour Enedis et les collectivités locales, la création de nouveaux points de recharge», révèle-t-il...

Le problème de Corri-Door

"Qu'une entreprise spécialisée dans l'énergie, et vraisemblablement un expert de la recharge de véhicules électriques, ne puisse pas résoudre un problème de borne de recharge, c'est comme ça qu'elle m'appelle", souligne le député...

«Chaque terminal compte et il faut pouvoir faire quelque chose pour que ceux du réseau Corri-Door ne disparaissent pas, quitte à soutenir une rétrogradation vers des collectivités locales ou vers un autre opérateur. Il semble impossible de ne rien faire! "Se mettre d'accord." Quand tu lis les explications d'Izivia, tu ne comprends pas tout à fait le problème », admet-il...

"Nous avions prévu une audition de l'entreprise à l'Assemblée nationale, mais nous avons dû faire une pause pour les élections municipales et la clôture est arrivée. Nous arriverons au bout de cette idée à la fin de cette période", promet-il....

Remise en cause de la norme CAFE ?

«Je sais que les fabricants demandent que la norme CAFE soit remise en question. Je suis contre cette idée. Les producteurs doivent respecter 95 grammes de CO2 par kilomètre. Nous n'abandonnerons pas la transition écologique », assure l'élu en charge du groupe d'étude« Véhicules terrestres »..

«Certains aimeraient encore croire qu'une voiture électrique ne serait pas plus vertueuse pour la planète qu'un équivalent thermique. Cependant, un véhicule électrique émet 2 fois moins de CO2 tout au long de sa vie », rapporte-t-il...

«Nous savons que c'est la batterie qui augmente votre empreinte carbone. C'est pourquoi il est très intéressant de produire des accumulateurs en France, où l'électricité est obtenue à partir de l'énergie nucléaire, plutôt qu'en Chine, où le charbon alimente encore trop de centrales. C'est pourquoi je soutiens la construction d'usines en Europe et la régionalisation des produits. Les voitures électriques pour l'Europe doivent être produites en Europe », conclut-il..

Automobile Propre et moi tenons à remercier le député Damien Adam pour sa grande réactivité et sa serviabilité...

Recommandé
Laissez Vos Commentaires