Principal » stratégie » Mobilité alternative : Tavares et l’ACEA renvoient la balle aux gouvernements européens

Mobilité alternative : Tavares et l’ACEA renvoient la balle aux gouvernements européens

Illustration: station CNG en Vendée

Véhicules fonctionnant à l'hydrogène, au gaz naturel ou à l'électricité: l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA), présidée par le chef du PSA, Carlos Tavares, souligne dans un rapport le manque de participation et de réactivité des gouvernements en Europe et disparité entre les pays.

Retour à l'expéditeur !

Intitulé "Transition to Zero Emission Mobility - 2019 Follow-up Report", le document de 21 pages, publié au Salon de Francfort (Allemagne), appelle les gouvernements européens à établir d'urgence "un plan mondial pour permettre la transition vers un mobilité zéro émission en Europe. "Et ce, pour atteindre les objectifs extrêmement ambitieux fixés par l'UE en matière de réduction des émissions de CO2 pour 2025 et 2030.

Revenant sur son image préférée d'une «approche à 360 degrés», Carlos Tavares se réfère simplement aux responsables politiques européens pour le retard observé dans les feuilles de route pour la mobilité électrique, le GNV et l'hydrogène. «Notre industrie est désireuse de passer le plus rapidement possible à une mobilité zéro émission. Mais cette transition est une responsabilité partagée », a-t-il souligné..

Un rythme à suivre

«Pour notre part, nous proposons à nos clients une variété croissante de voitures à moteur alternatif. Dans le même temps, les gouvernements de l'UE doivent suivre le rythme toujours plus rapide auquel nous lançons ces voitures en augmentant considérablement les investissements dans les infrastructures. En outre, ils devraient également mettre en place des incitations à l'achat durables qui soient cohérentes dans toute l'UE », résume le responsable de PSA..

Alors que le nombre de véhicules hybrides électriques et rechargeables vendus en Europe est passé de 69 958 à 301581 unités entre 2014 et 2018, les progrès restent très timides pour la mobilité hydrogène (38 à 266 véhicules H2 vendus sur la même période) , et est même négatif pour le GNV malgré une reprise des ventes à moyen terme (97214 unités en 2014 contre seulement 65092 en 2018).

Électrique

Avec une flotte trois fois plus grande qu'il y a 5 ans, l'Europe compte 145 000 points de recharge, selon ACEA. Loin des 2,8 millions de points de recharge attendus en 2030 !

L'association des producteurs regrette également les disparités dans la distribution des bornes de recharge. Selon le rapport, 76% des bornes de recharge sont désormais concentrées dans 4 pays qui, ensemble, couvrent 27% du territoire européen: les Pays-Bas, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni..

ACEA établit un lien direct entre la densité du réseau et le développement des ventes de véhicules électriques et hybrides rechargeables: une part de marché inférieure à 1% dans les pays avec moins d'un point de charge aux 100 kilomètres.

Ce sont également les États dont le PIB par habitant est le plus bas (moins de 29.000 euros): Grèce, Italie et Espagne, Europe centrale et orientale.

De plus, seuls 12 pays offrent des incitations à l'achat.

GNC / H2

Fin 2018, l'ACEA n'a identifié que 47 stations de ravitaillement en hydrogène dans 11 pays de l'UE (1 station en Finlande; 2 stations en Autriche, Belgique et Suède; 3 stations en France, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas; 7 stations au Danemark; 8 stations au Royaume-Uni; 13 stations en Allemagne), laissant 17 États sans pompes H2.

La mobilité du méthane est meilleure avec 3 400 sites d'approvisionnement en gaz naturel, 17,5% de plus qu'en 2014. Cependant, les deux tiers de ces points d'approvisionnement sont concentrés dans seulement 2 pays, l'Italie / l'Allemagne. De plus, c'est sur ces deux territoires que 74% des voitures au méthane ont été vendues en 2018. Ces véhicules représentent 0,4% du parc en circulation en Europe.

Recommandé
Laissez Vos Commentaires