Principal » actualités » Malus écologique : une chute de 12 % des recettes en 2019

Malus écologique : une chute de 12 % des recettes en 2019

Année après année, le réseau de sanctions écologiques augmente à des niveaux prohibitifs. La stratégie semble porter ses fruits, les revenus ayant chuté de 12% en 2019.

Pour dissuader les conducteurs d'acheter un véhicule polluant (compte tenu de ses émissions de CO2) et pour encourager l'achat de voitures propres, le gouvernement a mis en place un réseau de bonus-malus. Tordu chaque année, il a tendance à monter pour renforcer ses ambitions: le seuil d'activation est constamment abaissé, tandis que les pénalités augmentent. Une stratégie qui semble fonctionner.

Ainsi, au cours de l'exercice 2019, le produit des sanctions écologiques a diminué de 12% par rapport à l'année précédente. C'est ce qu'indique le rapport de la mission Ecologie, Développement Durable et Mobilité. En 2019, l'État a enregistré un montant de 493 millions d'euros, contre 559 millions l'année précédente. Et cela, malgré les différents changements d'échelle, n'est toujours pas très favorable pour le contribuable. Cependant, contre toute attente, le nombre de véhicules éco-pénalisés vendus est en augmentation. L'année dernière également, quelque 755 000 véhicules "malaisiens" ont trouvé acheteurs, contre 640 030 précédents...

Une augmentation des dépenses liée au bonus vert

Les affaires de l'État ne semblent pas non plus s'améliorer avec le bonus environnemental, qui encourage les conducteurs à acheter des véhicules électriques. Avec 42972 voitures électriques lancées sur les routes en 2019, l'administration a enregistré une dépense de l'ordre de 1150 millions d'euros, alors que la prévision était de 860 millions d'euros. Avec moins de revenus d'une part et plus de dépenses d'autre part, le solde n'est plus favorable à l'Etat, mais correspond parfaitement aux souhaits largement exprimés par nos managers...

Malheureusement, ce résultat n'est pas de bon augure pour les prochaines années. Ainsi, la grille de pénalité pourrait devenir encore plus solide, tandis que l'enveloppe de bonus verte devrait être considérablement réduite. L'Etat en fait-il trop? Si nous nous sommes déjà posé la question, n'hésitez pas à nous donner votre avis.

Recommandé
Laissez Vos Commentaires