Principal » guide conso » La mobilité changera radicalement dans les 10 ans

La mobilité changera radicalement dans les 10 ans

Le directeur du laboratoire Ville Durable de l'École de Design Nantes Atlantique, Florent Orsini, a signalé la fin des modèles de mobilité archaïques lors de la journée XMobility (Le Mans, 8 octobre 2019) et a annoncé l'imminence de rebondissements radicaux.

La fin de l'étalement urbain

Quand il s'agit de nouvelles directions technologiques, Florent Orsini n'est pas dupe. Selon lui, il faudra bientôt «payer l'ajout de l'étalement urbain».

Le premier effet secondaire du développement illimité de la ville est la saturation de l'espace. Ce dernier s'accompagne de "troubles métaboliques dont la pollution, les embouteillages, les routes menant aux centres-villes"..

Son verdict: "Nous sommes au bout d'un modèle en ruine!" Rappelant que "la mobilité impacte la ville et vice versa", il prévient également: "Le temps de l'énergie facilement démontable est révolu!".

Frein de mobilité ?

Un obstacle à la mobilité? Pas nécessairement ! Florent Orsini, au contraire, voit "un scénario paradoxal: l'explosion de la mobilité".

Pour justifier sa position, il évoque le cas des nouvelles technologies de communication qui devraient réduire les déplacements. Cet argument abusé par l'industrie des objets nomades et connectés, le démonte sans problème..

Contrer le point de vue de nombreux collègues selon lequel je télétravaille à domicile est l'exemple de plus en plus de cadres qui voyagent à travers un pays ou la planète, car il est maintenant si facile de se perdre un peu. n'importe où devant votre ordinateur.

Un avantage pour les voitures volantes et les projets similaires. ?

S'il a salué le travail des designers qui l'ont suivi de manière très positive, des cellules individuelles comme Pop.Up Next d'Airbus et One4All de Siemens: Florent Orsini ne le pense pas.

Cependant, nous espérons voir de nouveaux modèles de mobilité émerger dans quelques années alors que nous ne pensons toujours pas..

Difficile à croire? Un de ses modèles de réflexion: Uber, qui n'existait pas il y a quelques années et qui nécessitait l'utilisation des technologies numériques en mouvement.

Le bon transport au bon endroit

...

Au Mans le 8 octobre, Florent Orsini a mis en avant «3 catalyseurs» pour le développement de la mobilité. Le premier concerne l'exploitation des énergies renouvelables, même intermittentes.

Il prévient donc que les moyens de déplacement doivent être adaptés à l'espace disponible. Pour lui, «les très grosses voitures n'ont pas leur place dans les centres urbains». Au lieu de cela, il revendique "le bon transport au bon endroit au bon moment"...

Enfin, le dernier catalyseur n'est autre que l'exploitation de solutions numériques et connectées.

Transport de plate-forme

A ce stade de votre intervention, est-il étonnant que Florent Orsini présente les transports en commun comme une solution incontournable pour se déplacer dans les zones urbaines? Évidemment pas ! Mais les transports publics ne sont pas forcément tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Il s'intéresse à l'idée de plates-formes capables d'accueillir des fauteuils roulants, des vélos et des scooters, voire de gros bagages et achats, des planches de surf dans les villes côtières, etc. Pour lui, la tendance est à ce modèle et à des machines spécialisées.

mobilier urbain

En matière de machinerie spécialisée, Florent Orsini a pris l'exemple de la livraison par la poste. Au lieu de recourir à des fourgonnettes à 4 roues, aussi petites soient-elles, le directeur du laboratoire de la ville durable fait campagne pour des robots de suivi électriques.

Il en va de même pour les boîtes aux lettres qui sont normalement collectées une fois par jour - un petit véhicule autonome pourrait remplir ce rôle et ensuite se rendre automatiquement au centre de tri le plus proche...

La voiture ferait donc, dans un certain sens, partie du mobilier urbain, autre source d'inspiration pour les designers..

Flacon flottant libre

Les participants à la conférence de Florent Orsini auraient pu s'attendre, comme suite logique à ses précédents commentaires, à une incitation à développer des services partagés, fonctionnant notamment en free float, c'est-à-dire sans stations à récupérer. et déposer à nouveau le matériel.

Pour ce dernier, le responsable du Design Lab de Nantes évoque, au contraire, "un fiasco en cours". Il nous assure: "On ne peut pas penser à un mode de transport sans infrastructure". Et, surtout, «lorsqu'ils risquent d'altérer le code de la route», ces «services doivent être structurés».

De plus, il est important de "connecter le bâtiment aux services de mobilité", fait valoir l'orateur..

Triste mobilité de demain ?

La présentation de Florent Orsini pourrait suggérer une vision déprimante de la mobilité de demain. Cependant, ce n'est pas ce qu'il espère conclure son discours...

Les changements qui doivent s'opérer de façon radicale dans les 10 ans de mobilité doivent au contraire être l'occasion de «faire des choses bien belles». Par conséquent, il espère «construire un discours positif sur la mobilité durable».

Recommandé
Laissez Vos Commentaires