Principal » voitures » La 5G dans les voitures rendra-t-elle les feux rouges obsolètes ?

La 5G dans les voitures rendra-t-elle les feux rouges obsolètes ?

La 5G se présente comme un impératif pour l'arrivée des véhicules autonomes. Avant eux, ce seront les modèles connectés qui en profiteront. Responsable du programme de recherche sur la mobilité à Orange, Cédric Seureau s'est exprimé sur le sujet lors de la journée XMobility organisée au Mans (72) le 8 octobre.

5G

Globalement, «la 5G est la cinquième génération de technologie de réseau mobile conçue pour répondre à l'énorme croissance des données et de la connectivité dans la société moderne», définit Orange sur son site Internet. La 5G est donc une étape nécessaire car la 4G ne pourra pas répondre à l'explosion des besoins..

Le nouveau standard cumule les avantages: des vitesses beaucoup plus élevées (5 à 6 fois plus rapides que la 4G), des connexions optimales, une capacité de réponse quasi temps réel (de l'ordre de la milliseconde multipliée par près de 20) et des milliards d'objets connectés.

Parmi ces derniers, les véhicules doivent utiliser la 5G d'une manière particulière, en interagissant par exemple avec différents usagers de la route, y compris les piétons, mais aussi avec divers centres d'information..

Voitures autonomes

...

Étroitement associées à des groupes motopropulseurs 100% électriques, il est peu probable que les voitures autonomes atterrissent en masse avant plusieurs années, d'ici 2027 ou même au-delà. Ils s'imaginent comme des machines capables d'atteindre par elles-mêmes toute destination indiquée avant le départ...

Ce n'est pas la vision de Cédric Seureau. Pour lui, ce mode de fonctionnement ne sera dans un premier temps possible "qu'en ville et sur les axes principaux", notamment sur autoroutes. Et ce, tant qu'il y a des zones blanches 5G.

Le chef de projet d'Orange souligne cependant une autre utilisation souhaitable des véhicules autonomes: «Avec des transports publics bien organisés, ce n'est pas dans les villes où les véhicules autonomes pourraient apporter le plus d'aide, mais dans les zones rurales où il y a beaucoup de monde. les personnes âgées qui ne savent plus conduire ".

...

et voitures connectées

Avant le passage à la mobilité autonome à grande échelle, les voitures connectées (elles existent déjà) sont également concernées par la 5G. Si ces véhicules communicants nécessitent la présence d'un conducteur au volant, ils recevront une part croissante d'informations, provenant notamment d'autres véhicules (dialogue V2V, véhicule à véhicule) mais aussi de cyclistes et piétons (V2P, véhicule piéton).

A ces données s'ajouteront d'autres issues de sources diverses bien plus éloignées (V2I, du véhicule à l'infrastructure). Tout cela permettra de faire fonctionner un lot entier d'équipements et d'appareils en nombre croissant..

«Les véhicules deviendront de plus en plus des consommateurs de données, ayant besoin de fiabilité, de performance et de sécurité dans les échanges», précise Cédric Seureau..

Consommateurs de données

"Ces données seront utilisées pour le plaisir des passagers, mais aussi pour les dispositifs d'assistance à la conduite et, en particulier, pour la sécurité", ajoute-t-il....

Pour ce dernier rôle, nous comprenons l'importance de garantir la fiabilité des informations reçues des véhicules connectés. La technologie devrait exclure tout piratage qui pourrait conduire à des incidents inverses..

«Avec des capteurs dans divers équipements et des pièces d'usure des véhicules connectés, il sera possible de réaliser des diagnostics prédictifs sur leur état et d'alerter le conducteur s'ils doivent être remplacés plus ou moins rapidement», ajoute Cédric Seureau..

Différents segments de réseau peuvent être affectés à chacune des utilisations. Une possibilité qui en réalité n'est pas nécessaire, mais qui risque de rassurer les automobilistes sur une éventuelle surcharge d'informations à traiter et envoyer au niveau des différents appareils embarqués, et d'éliminer la peur de la corruption des données..

Intégration d'une voie rapide

Au Mans, l'ingénieur d'Orange a complété ses propos par une vidéo montrant le comportement d'une voiture connectée (A) sur le point d'intégrer une double voie. C'est différent, selon que les véhicules venant en sens inverse sont également équipés d'appareils compatibles 5G...

S'il s'agit d'un appareil connecté (B) qui atteint la hauteur de celui qui se trouve encore sur le chemin d'insertion, un dialogue est engagé entre le 2 et un scénario est préparé pour faciliter l'accès flexible à la route principale.

Si le véhicule B ne communique pas, la voiture A se verrouille dessus, et éventuellement ceux qui viennent après, pour atterrir en ligne. Dans les deux cas, la vitesse et la trajectoire précise seront adaptées..

Regarde à travers le véhicule devant toi

Autre séquence diffusée dans le cadre du programme XMobility, l'échange d'informations vidéo entre 2 voitures d'affilée. "Cette fonction permet de s'assurer qu'il n'y a pas d'obstacles devant ou devant le véhicule à franchir", commente Cédric Seureau..

Concrètement, dans la voiture sur le point de passer, l'écran du tableau de bord émet les images capturées par les caméras situées à l'avant. En conséquence, ce dernier n'apparaît pas, dégageant complètement la vue vers l'avant. Cela rend la manœuvre plus sûre..

Pour que cela soit possible, comme tout scénario mis en œuvre entre véhicules communicants, tous les constructeurs doivent décider et adopter une norme..

Il faut également garantir "une transmission ininterrompue des données pour arriver au bout des manœuvres compromises, sans risque de provoquer des accidents", a prévenu le directeur du projet...

Identification du mouvement des piétons

Les nouvelles technologies prédictives, activées par la 5G dans les véhicules d'ici 2023, comprendront «un protocole pour détecter les obstacles indépendants», tels que les cyclistes, les piétons, un camion endommagé. Une nouvelle vidéo a montré les possibilités dans ce secteur au Mans.

A l'approche de ces autres usagers de la route, la voiture connectée ajustera à nouveau sa vitesse et éventuellement sa trajectoire pour franchir cette étape en douceur, en essayant de favoriser une légère réduction de vitesse en amont au lieu de s'arrêter ou d'effectuer une manœuvre. brutal.

Autres caractéristiques

Les tests sur piste Orange, concernant la communication véhicule à véhicule, ont débuté fin 2017, en collaboration avec PSA et Ericsson, près de Belfort (90)..

Depuis lors, les idées se sont accumulées pour tirer parti de la 5G. Une voiture peut être connectée à une maison. Ceci, par exemple, pour éteindre une lumière oubliée dans une pièce, ou augmenter un peu la température de chauffage avant d'y retourner...

Une connexion avec des services de surveillance du réseau routier vous permet d'adapter votre parcours en temps réel en fonction des ralentissements et autres difficultés de circulation, pour vous rendre à destination dans les plus brefs délais et avec un minimum de stress. De quoi aider à optimiser le trafic.

Dans le cas d'une voiture électrique autonome équipée d'une recharge par induction, la 5G sera utilisée pour se rendre à un endroit où la batterie doit être régénérée. Si la voiture est également gérée par un service de partage ou de transport, elle peut prendre en charge les futurs passagers qui ont été informés via leur smartphone..

Et les feux rouges ?

La possible disparition des feux rouges a été évoquée au Mans avant le discours de Cédric Seureau.

Puisque les piétons peuvent se suivre, passer et changer de direction sans entrer en collision dans des endroits bondés, pourquoi pas ces scénarios, mais aussi plus sûrs, avec des véhicules?.

Par conséquent, il est probable que la 5G, en raison de la communication qu'elle permet entre les véhicules, rendra les feux rouges obsolètes.

...

tant que tout le monde est en ligne et programmé pour des exceptions.

Et toi ? Que pensez-vous de l'arrivée de la 5G dans l'industrie automobile? ? 

Recommandé
Laissez Vos Commentaires