Principal » actualités » L’Europe n’a toujours rien compris à la pollution automobile

L’Europe n’a toujours rien compris à la pollution automobile

Le secteur automobile ne se porte pas bien actuellement, et plus précisément les marques françaises. Pour aggraver les choses, l'Europe a annoncé de nouveaux objectifs pour les restrictions de CO2 pour les constructeurs automobiles. La nouvelle fait déjà frissonner les acteurs de l'industrie

...

95 grammes de CO2 d'ici 2020

Pour la Commission européenne, les émissions de dioxyde de carbone sont à l'origine de l'effet de serre et donc du réchauffement climatique. Les voitures sont accusées d'être en grande partie responsables de ce qu'on appelle le «changement climatique»..

Quand les mesures anti-pollution s'attaqueront-elles aux rejets réellement nocifs? Les États-Unis ont déjà réformé leurs lois en la matière

...

À partir de là fausse déclaration, il a été décidé d'obliger les producteurs à respecter, d'ici 2020, le taux de 95 grammes de CO2. C'est le nombre moyen de véhicules vendus qui doit correspondre à ce chiffre.

De toute évidence, les parties prenantes affirment que si la mesure est en place, c'est un coup dur pour ce secteur déjà en difficulté et fait grimper le prix de vente des voitures. L'Europe, pour sa part, fait valoir que cela permettra aux consommateurs d'économiser du carburant.

Où est la vérité ?

La réponse n'est pas facile car chacun veut défendre ses intérêts.

D'une part, l'Europe se déplace aveuglément à la recherche de CO2, ce qui est ridicule compte tenu des raisons de la pollution. La voiture et le dioxyde de carbone ne sont pas responsables comme on nous le laisse croire. . Les gaz d'échappement nocifs sont le CO, les NOx et les hydrocarbures imbrûlés.. Le CO est un poison étouffant et les NOx sont responsables des pluies acides et du «smog»..

Parmi les exceptions: les fourgons qui doivent atteindre 147 g / CO2, les constructeurs spécialisés dans les véhicules de grande puissance (Bentley, Ferrari,

...

) les bénéficiaires d'un prêt et d'une voiture électrique représentent 1,3 dans le calcul du taux moyen de CO2 par marque.

En revanche, cette mesure ne pénalise pas tout le monde de la même manière. En effet, BMW est beaucoup plus préoccupé que Fiat avec cette réduction des émissions. Ce dernier vend quelques modèles de grande ou moyenne taille avec des moteurs puissants. Il sera donc vainqueur par rapport à son homologue allemand, qui aura encore un long chemin à parcourir pour atteindre le fameux seuil en 2020. Sans compter quenous préférons les moteurs diesel (plus dangereux pour la santé avec des poussières fines passant à travers les filtres) qui émet moins de CO2 que l'essence pour la même puissance

...

"La Commission européenne manque d'ambition"

Ce sont les paroles des associations environnementales qu'elles aimeraient voir un seuil de 80 g pour 2020 et 60 pour 2025. Ils ne semblent pas non plus avoir compris le vrai sens du CO2 qui n'est rien comparé à l'impact des quelques gaz mentionnés ci-dessus sur les voies respiratoires humaines....

Aujourd'hui, la flotte est pleine de véhicules diesel, alors que pour le bien de tous, ils devraient être des moteurs à essence si nous nous retrouvons avec «l'approvisionnement fossile». Encourager le passage à l'éthanol ou au GPL aurait été plus bénéfique.

Recommandé
Laissez Vos Commentaires