Principal » guide conso » Hyundai : « il y a une vraie appétence des entreprises pour l’électrique »

Hyundai : « il y a une vraie appétence des entreprises pour l’électrique »

Reconnue pour sa large gamme de motorisations hybrides et électriques, Hyundai sait aussi attirer les entreprises et les particuliers. Nous avons interrogé le manager Dominique Gobin sur l'avenir de cette chaîne et l'énorme électrification qui nous attend..

Avec 7991 véhicules vendus en 2019, Hyundai n'est pas un poids lourd sur le marché des ventes commerciales en France. Cependant, il ne fait que progresser, le volume ayant quadruplé en 5 ans. Surtout, son catalogue hautement électrifié séduit. Chez les particuliers, la participation des véhicules hybrides et électriques est le double de la moyenne du marché. Cette gamme est-elle également appréciée des professionnels? Quel est le plan du constructeur automobile pour atteindre l'objectif d'électrification de 50% et attirer plus d'affaires? Voici notre entretien avec Dominique Gobin, directeur des ventes de flottes et véhicules d'occasion chez Hyundai Motor France.

Sur le marché français, les flottes gagnent en importance dans l'industrie automobile. Comment Hyundai a progressé et ce qu'elle aspire à faire à l'avenir ?

Oui, il a avancé en 2019, c'est le résultat d'une stratégie qui a débuté en 2014. Nous avons progressé de 46% en 2019, réalisé 8 000 ventes aux professionnels l'an dernier, avec une forte progression des loueurs de longue durée. C'est un enjeu stratégique, car aucune marque ne peut se développer durablement en ne traitant que le canal personnel. Nous avions décidé de traiter localement avec des clients commerciaux des PME et PME proches de notre réseau. Malgré tout, on se rend compte qu'à partir de fin 2018 et surtout à partir de 2019, de grandes entreprises, dont le CAC 40, sont venues consulter notre gamme BlueDrive..

En termes de produits électrifiés, quel est le poids des ventes totales? ?

Le poids des entreprises était de près de 22%, tous modèles confondus. Dans Ioniq, la participation est de 35% dans les hybrides rechargeables, 24% dans les hybrides et 19% dans les véhicules électriques. Chez Kona Electric, nous représentons 40% de nos livraisons B2B. Il y a un réel appétit de la part des entreprises. Dans les grandes flottes, cela s'explique par des raisons de responsabilité sociale / environnementale..

Quelle est la force de votre catalogue par rapport aux autres marques? ?

Nous sommes le seul constructeur à proposer une gamme aussi large, du 48V à Tucson, en hybridation légère, deux modèles hybrides, deux rechargeables, deux électriques et un hydrogène. De plus, Nexo est 100% B2B. Par exemple, nous avons vendu 100 Ioniq à Orange, Kona electric à Coca et un Nexo à ADP. Ce n'était pas notre objectif, la gamme Bluedrive rapproche de plus en plus les entreprises de la marque. Si nous n'avions affaire qu'à un segment C diesel, nous n'aurions peut-être pas pensé à Hyundai.

Hyundai, rechargeable ou électrique, la Hyundai Ioniq est unique sur le marché

Ce sont des entreprises bénévoles, où leurs consultants se tournent autrement vers ces modèles électrifiés? ?

Dans toutes les entreprises je crois qu'il y a une réflexion sur l'électrification de la flotte, sur l'empreinte carbone. L'ensemble du marché automobile évolue vers des comportements plus vertueux en matière d'environnement. Notre réseau possède les atouts de cette gamme BlueDrive et la propose plus que tout autre. L'intérêt commercial de Hyundai est l'utilisation. En fonction des besoins des salariés, en fonction de l'itinéraire, recharge possible la nuit, nous pouvons proposer la solution énergétique adaptée, et non dogmatique sur une seule technologie..

Que vous disent les entreprises sur l'électricité? Ils sont convaincus ou réticents? ?

Dans de nombreuses entreprises, le passage à l'hybride n'est pas si récent. Mais dans l'électrique c'est presque une récompense pour l'employé, même s'il y a toujours des craintes d'autonomie. C'était le cas de SAP Labs, ou de Coca avec le Kona électrique, ce n'est pas une crainte, tant que l'utilisation correspond au besoin. C'était pour les salariés parisiens, donc nous sommes en petits trajets, dans les embouteillages. S'ils avaient dû traverser la France, le choix n'aurait pas été le même. Pour être honnête, si vous conduisez 40000 km / an, il y a de fortes chances que le diesel soit le choix..

Dans un cas précis, SAP Labs France a commandé des véhicules électriques Kona. Pourquoi pensez-vous que l'entreprise a choisi Hyundai? ?

Dans le cas de SAP, il y a plusieurs raisons. Le Kona est disponible en deux versions, 39 et 64 kWh, cette dernière avec 449 km WLTP. Si on fait 100 km par jour, parfois 150-200 km, donner cette autonomie est rassurant. Il existe également une garantie de 5 ans / kilométrage illimité et de 8 ans / 160000 km sur la batterie. C'est une réassurance électricité, notamment pour une société de location longue durée qui récupérera le véhicule après 48 mois..

Question pour le règlement "CAFE", ressentez la pression dans ce canal? ?

Nous faisons autant confiance aux personnes qu'aux entreprises concernant cette norme CAFE (note: 95 g / km de CO2 en moyenne d'ici 2021, sous peine d'amende). On aurait tort si on voulait conseiller à tout prix à un client de passer à l'électrique quand le nécessaire est hybride..

L'hybride rechargeable a été recommandé par de nombreuses marques, mais de nombreux employés n'ont pas les moyens de recharger, donc la consommation moyenne réelle de carburant était un énorme écart par rapport à la théorie. Un hybride classique aurait été nécessaire. Vous pouvez atteindre votre objectif CAFE standard en tant que constructeur une fois, mais pas deux fois. Dans trois ans, lors du renouvellement du véhicule, le client ne pensera plus à vous car vous l'avez désorienté.

La LOM exigera une participation minimale des nouveaux véhicules à faible pollution dans les flottes à partir de 2022. La sensibilité des entreprises a changé?? ?

Les entreprises sont en tête du marché sur ces points, elles sont les premières à adopter. Nous sommes confrontés à ces énergies. Il y a la LOM, mais aussi la RSE (Responsabilité Sociale d'Entreprise) qui est importante, à condition de pouvoir proposer des solutions adaptées à l'usage des salariés et que le passage de l'hybride à l'électricité soit soutenu financièrement par l'entreprise.

Aujourd'hui, le Tucson atteint 39% des ventes. Mais la prochaine génération adoptera l'hybride rechargeable.

Il y a le véhicule mais aussi l'écosystème. Qu'offrent-ils aux entreprises en termes d'équipement, d'installation ou de formation ?

Face au succès de notre offre auprès des entreprises, nous réfléchissons actuellement. Ce n'est pas dans 6 mois ou 1 semaine, mais il y aura une offre de service plus complète au-delà du véhicule. Il est un peu tôt pour en parler, mais ça viendra bientôt.

En hydrogène, il propose le modèle de la série Nexo, qui a remplacé l'ix35 FCEV. Le nombre que vous en avez vendu fera cette progression en 2020 et vous êtes optimiste sur cette technologie, notamment sur le point de l'infrastructure? ?

En 2019, nous avons produit 3000 Nexos dans le monde, dont 80% ont été absorbés par le marché coréen. Nous ne pouvons donc pas vendre plus que ce que nous avons. En France, l'année dernière nous en avons vendu 10 et enregistré 10. Si nous avions les volumes de notre usine, nous pourrions en vendre une centaine par an..

En Allemagne, 130 unités ont été vendues et 500 au total en Europe. La différence réside également dans l'infrastructure. Il ne faut pas cacher nos visages, le réseau de distribution d'hydrogène est encore limité en France. Il y a environ 30 stations, la plupart privées. L'infrastructure freine le développement des ventes.

Nous sommes très confiants dans le développement de cette technologie dans le futur, non seulement en France mais aussi dans le monde. Le groupe s'est engagé à produire un demi-million de piles à combustible d'ici 2030, non seulement pour les showrooms, mais aussi pour la vente. La demande devrait augmenter, le groupe a donc décidé d'investir 6,7 milliards d'euros dans l'hydrogène d'ici 2030. C'est colossal.

La marque évalue la possibilité de se positionner sur d'autres moteurs, comme le méthane ou dans le secteur des services publics par exemple? ?

Chez Hyundai, tous les investissements ciblés sont réalisés lorsqu'ils ont un sens à l'échelle mondiale. Nous sommes obligés de conserver les moteurs thermiques, même s'ils sont assistés par 48V. Aussi, fin 2020, un seul de nos véhicules ne proposera pas d'hybridation, ce sera l'i10. L'option d'enquêter sur GNC n'a pas été retenue.

Le groupe est présent dans les bus, camions, trains. Pour l'Europe, il y aura des véhicules utilitaires ou des camionnettes? ?

Ce n'est pas dans les cartes à moyen terme. Le marché est déjà bien couvert et extrêmement compétitif. En particulier, il existe un quasi-monopole des Européens. Le lancement d'un modèle unique ne suffit pas et un réseau adéquat est nécessaire.

La Nexo, une voiture à hydrogène, choisie par ENGIE.

Recommandé
Laissez Vos Commentaires