Principal » guide conso » Ford Kuga : la version E85 représente près de 80 % des ventes

Ford Kuga : la version E85 représente près de 80 % des ventes

À l'heure où la question du pouvoir d'achat est au centre du débat, le Ford Kuga E85 a pris un bon départ. Un succès dont Automobile-Propre revient avec Louis-Carl Vignon, président de Ford en France.

Première tentative en 2005

«Ford a été un pionnier de la E85 en Europe. Nous avons eu un premier modèle en 2001. Depuis 2005, nous avons construit une véritable offre autour du E85: Focus, Mondeo, S-Max, Galaxy. À l'époque, on y croyait avant même que le carburant ne soit approuvé », se souvient Louis-Carl Vignon..

«Nous avons gardé notre offre de 2006 à 2009 puis nous nous sommes arrêtés simplement parce que cela ne fonctionnait pas», poursuit notre interviewé, qui évoque deux raisons: le manque de stations E85 et la forte représentation du diesel, qui représentait à l'époque 80% Des ventes. "Il était trop tôt" analyse le président de Ford France.

"A cette époque, il y avait aussi le Grenelle de l 'Environnement avec la marque CO2 comme seul indicateur. L'essence E85 a naturellement été remplacée par des moteurs diesel", ajoute Fabrice Devanlay, directeur de la communication, Ford France...

En 2018

Bien que Ford n'ait commencé à annoncer sa nouvelle offre E85 qu'au début de l'année, les discussions ont commencé l'année dernière. «Il y a eu l'avènement des calculs d'émissions NEDC connexes, et bien avant le début des gilets jaunes, nous avions déjà ce problème de pouvoir d'achat. À l'été 2018, on s'est demandé pourquoi ne pas essayer à nouveau le Kuga », explique le président de Ford France pour qui le choix du SUV n'est pas un hasard. Avec le déclin du diesel, l'essence a repris le dessus. Problème: homologué à 154 g CO2 / km dans sa version essence, le Kuga fait l'objet d'une sanction importante qui a fortement pénalisé les ventes du modèle.

«La même garantie, le même entretien, nous voulions faire les choses correctement pour le client. Le E85 étant un carburant plus sec que l'essence, nous avons dû apporter un certain nombre de modifications, notamment dans le traitement des soupapes. Les ingénieurs l'ont développé en six mois »résume notre interlocuteur.

Un produit résolument très spécifique car il ne traite que de deux marchés européens: la France, qui a lancé le processus, et la Suède, qui s'est finalement accrochée au train en marche..

Une vraie folie

Vendu 100 € de plus qu'un équivalent essence Kuga, le Kuga E85 a été un succès instantané. Homologué à 94 g CO2 / km, le modèle n'est pas soumis à des pénalités et bénéficie d'un prix à la pompe particulièrement attractif. À cela s'ajoute une bonne offre commerciale. Dans les LLD de plus de 48 mois, le modèle est proposé pour 299 € par mois sans devis.

«Si l'on regarde le mois de mars, nous avons réalisé 78% de notre mix de ventes Kuga en E85», un chiffre de Louis-Carl Vignon qui voit une reprise des ventes de Kuga par rapport à l'année dernière. Des performances rendues possibles par un excellent réseau de ravitaillement (1100 stations-service alimentent l'E85 en France) et un accompagnement concessionnaire.

«À la fin du mois de mars, nous avions reçu un peu plus de 450 commandes clients et un peu plus de 2 000 commandes réseau. Il y a de la vraie folie. Plus en province qu'à Paris, où nous avons vendu beaucoup de diesel Kuga jusqu'à présent », a déclaré le représentant de Ford France. Ce succès est d'autant plus surprenant que, mis à part la conférence qui s'est tenue plus tôt cette année, le constructeur n'a pas commencé à faire la publicité du modèle. "Il existe déjà un véritable phénomène de bouche à oreille".

Une offre prête à s'étendre

Pour Ford, le Kuga n'est que le début. "Nous avons d'autres projets en cours. Il est temps de les développer, ils arriveront l'année prochaine", explique Louis-Carl Vignon. Un retard que le manager explique de la nécessaire adaptation des moteurs mais aussi d'un programme d'homologation "qu'on ne domine pas toujours".

Quant à savoir si l'E85 pourrait un jour être associé à l'offre hybride du constructeur, des discussions sont en cours. «Aux États-Unis, la version hybride d'Escape existait déjà dans la version E85. Dans un monde idéal, le futur hybride plug-in Explorer avec moteur Ecoboost serait un bon candidat pour l'E85 », estime Fabrice Devanlay...

Une approche compréhensive

«Cette offre E85 est un bon moyen de compléter pleinement notre approche des carburants alternatifs», souligne Louis-Carl Vignon..

Car en plus de l'E85, une électrification beaucoup plus globale est également en jeu chez Ford. Début avril à Amsterdam, le groupe américain a dévoilé une partie de sa stratégie, mettant en avant l'arrivée des versions hybrides rechargeables de Kuga et Explorer mais aussi d'une offre complète sur le segment des utilitaires...

En plus de l'E85, le Ford Kuga sera bientôt disponible en version hybride et hybride rechargeable.

Prochaine étape: la présentation d'un SUV électrique. Annonçant jusqu'à 600 km d'autonomie sur le cycle WLTP, il sera présenté plus tard cette année avec un look directement inspiré de la légendaire Mustang. «Il y a un 'effet whaou' quand on voit cette voiture pour la première fois», explique Louis-Carl Vignon, qui a jeté un premier regard sur le modèle. Rendez-vous dans quelques mois pour découvrir le modèle en détail et vous donner nos premières impressions.

Recommandé
Laissez Vos Commentaires