Principal » actualités » Essai gamme électrifiée Hyundai : Laisser le choix

Essai gamme électrifiée Hyundai : Laisser le choix

Ces dernières années, Hyundai a continué d'élargir sa gamme de versions électrifiées. C'est pourquoi le constructeur coréen a créé une véritable gamme alternative aux moteurs thermiques, baptisée "Blue Drive", qu'il nous a invité à tester dans la région d'Avignon...

Jusqu'à récemment, quand on pensait à "voiture électrique" ou même "hybride", on avait en tête ces berlines aux allures de Goldorak, parfois trop différenciantes et qui au final n'ont pas obtenu le succès qu'elles auraient eu. mérité pour ça conception trop nette par certains. Mais avec la poussée vers des normes environnementales toujours plus restrictives, les producteurs se tournent de plus en plus vers l'énergie verte. Hyundai l'a déjà compris et capitalise désormais sur certains modèles qui fonctionnent ou qui ont un design plus polyvalent pour développer une gamme électrifiée encore plus complète....

Par conséquent, le fabricant coréen a "Choisi de ne pas choisir" comme Vincent Bernard, directeur marketing de Hyundai France nous l'a dit lors de notre briefing pré-test. Dans la galaxie électrifiée de Hyundai, on trouve un très grand rayon venant de Hybride léger 48V récemment Tucson à la Kona Oui Ioniq 100% électrique, par hybrides simples et rechargeables. Le coréen ne déçoit pas les versions thermiques jusqu'à présent, les Kona, i10, i20 et i30 fonctionnant bien, voire très bien. Finalement, Hyundai espère électrifier 75% de sa gamme pour l'année prochaine, qui est sur la bonne voie.

En effet, hormis le petit i10 qui n'est pas encore décliné en version "trendy", le reste de la gamme a droit à de nombreuses variantes. La berline Ioniq, lancé en 2016, il est disponible en hybride simple, hybride rechargeable ou électrique. C'est aussi l'un des véhicules les plus performants, principalement grâce à son Cx de 0,24. L'année dernière, il l'a rejoint Kona Version 100% électrique, en plus des versions moteurs essence et diesel. Et le SUV, également très réussi, est désormais adapté hybride à partir d'octobre. Enfin, Hyundai est également l'un des rares à proposer un véhicule à hydrogène avec le Lien, dont nous parlerons un peu plus tard.

Kona Hybrid: ce qui manquait ?

Commençons par le Kona, qui est l'un des véhicules de la marque les mieux adaptés à la demande actuelle. Tout d'abord pour sa forme et pour sa catégorie: il appartient au segment des SUV urbain, qui sont clairement populaires en France. Pour ne citer que quelques chiffres, 120 000 exemplaires ont été mis en circulation en Europe depuis son lancement en 2017. Ce succès s'explique également par sa vaste gamme de moteurs: thermiques (essence ou diesel), hybrides ou électriques, tous carburants. ou presque sont disponibles à Kona. La marque espère également vendre enfin 1/3 de ses exemplaires dans toutes sortes d'énergie...

la Hybride Kona, Récemment introduit et sorti cet automne, il diffère peu de la version thermique en termes de style. Conserve ses caractéristiques SUV (garde-corps gris, pare-chocs en aluminium,

...

) et son design atypique d'apparence à deux étages, il est également équipé de pneus spécifiques et logos sur le hayon et sur les ailes avant. A l'intérieur, même histoire: on retrouve l'intérieur des thermes de Kona, qui abrite également quelques touches de couleur (vert anis, rouge, blanc ou orange). Il est également décoré avec de nouvelles fonctionnalités comme l'écran tactile qui passe de 8 à 10,25 pouces. Cela complète également le nouvel ensemble de Services connectés BlueLink. Ce système connecte la voiture et le smartphone du propriétaire pour permettre de retrouver à distance certaines informations depuis son téléphone, comme la portée, la localisation ou encore le contrôle de la climatisation par exemple. Ces services seront ensuite déployés sur le reste de la gamme. Le Kona Hybrid est comme le reste de la gamme avec dernières aides à la conduite (parfois invasives) mais aussi d'un nouveau système, qui conseille de se détendre pour profiter du frein régénératif en descente par exemple. Le système fonctionne avec la navigation et un petit pictogramme est simplement affiché sur l'ordinateur de bord avec un son de rappel.

Côté moteur, cet hybride Kona utilise la même base que la berline Ioniq hybride, avec un Moteur essence quatre cylindres 1,6 GDi de 105 ch associé à un Unité électrique de 32 kW, soit 43,5 ch. Par conséquent, les deux moteurs combinés offrent une puissance de 141 cv, plus que suffisant pour un usage quotidien. Les rappels sont plutôt bons, même sur l'autoroute, grâce à un transmission automatique DCT à sept rapports. Et merci à petite batterie de 1,56 kWh, les démarrages avec un feu rouge sont silencieux grâce au mode électrique lors de la conduite en ville. Cela vous permet d'obtenir excellents résultats en consommation, situé en moyenne moins de 6L / 100km sur notre route. Assez bien pour un SUV moins aérodynamique que la berline Ioniq et plutôt lourd avec le sien 1500 kilogrammes

...

Sur autoroute, la Kona hybride se porte plutôt bien, malgré son poids. la transmission à double embrayage est bien en couches et moins destructifs que les CVT hybrides typiques ce qui fait grogner le moteur lors de l'accélération. Ici, que du silence. Au lieu, Les roues de 18 pouces dégradent un peu le confort malgré son beau design. La suspension est déjà un peu sèche sur le Kona, on ressent davantage les grosses imperfections sur la route avec cette taille de pneu cohérente pour un SUV urbain.

Kona Electric: le meilleur de la famille ?

Nous avons également pu (re) prendre le volant du Kona Electric, j'ai déjà essayé ici. Inchangé, il est tout aussi agréable de conduire avec la puissance de 204 cv qui fournit dans cette version un grande batterie 64 kWh, OMS constitue l'essentiel des ventes. C'est un peu plus différenciant que la nouvelle version hybride avec la sienne grill complet, ses roues spécifiques et sa console centrale flottante. Comme beaucoup de modèles électriques, le Kona surprend par son couple immédiatement disponible et sa sensation beaucoup plus puissante. A chaque sortie, on sourit, car on laisse beaucoup de véhicules sur le sol! Et des Allemands beaucoup plus puissants aussi, qui se demandent ce qu'il y a sous ce capot !

Le gros avantage de cette version électrique, qui manque à la variante hybride alors qu'elle est disponible dans la berline hybride Ioniq, est le gestion du freinage régénératif via les palettes au volant. Quatre modes sont disponibles, de 0 (pas de freinage, en mode roue libre classique comme pour une voiture thermique) à 3 (le mode de freinage régénératif le plus puissant, qui freine réellement la voiture comme si le frein était enfoncé). Mis à part cela conduire avec une pédale Il faut un certain temps pour s'y habituer et le dernier mode est généralement un peu trop bruyant. Le mode 1 ou 2 est plus que suffisant pour une utilisation quotidienne. Lors du freinage par récupération, l'énergie cinétique créée par le mouvement du véhicule est stockée dans les batteries (sous le plancher), permettant un déjà excellente autonomie de 482 km en cycle WLTP.

Ioniq Electric: et pourquoi pas une berline ?

Après avoir testé les deux versions actuelles du Kona, nous avons pris le volant du Berline Ioniq, récemment rénovée. Lancé en 2016, il n'a pas trop vieilli grâce à sa ligne de corps très fluide pour le meilleur coefficient de pénétration dans l'air. Pour ce restylage, il est équipé de quelques nouveaux attributs esthétiques, comme la calandre et les feux, ou les ailettes de pare-chocs actives. À l'intérieur, quelques changements également avec un nouvelle planche plus horizontale, et l'arrivée de l'écran 10,25 pouces et des compteurs numériques.

D'un point de vue technique, le Ioniq repensé gagne dans sa version électrique batterie plus grosse: Elle va 38,3 kWh, c'est une augmentation de 36%. Par conséquent, l'autonomie s'est améliorée, avec 311 km annoncés dans le cycle WLTP. L'unité électrique reste la même, avec une puissance de 136 PS. Ce n'est donc pas la foudre, mais comme tout électrique, il a la sensation d'un peu plus de puissance grâce au couple instantané. Le dynamisme n'en est pas moins grâce au centre de gravité très bas, les batteries sont au sol. Seulement le confort un peu sec, surtout en ville, un peu décevant

...

la freinage régénératif contrôlé par palette sur le volant, qui était déjà disponible dans la version électrique, est maintenant intégré dans les versions hybride et hybride rechargeable. Adopter une nouvelle évolution, permettant grâce à l'utilisation d'un radar anticollision et GPS pour analyser le profil de la route à adapter automatiquement la puissance de freinage régénérative. Le restyling apporte également quelques innovations en matière de conduite autonome, comme l'avertissement du véhicule devant vous en cas d'embouteillage si vous ne partez pas, une assistance au maintien de la voie avec centrage (parfois intrusif) et l'affichage à Toute vitesse de la caméra de recul, pour aider la vue arrière, pas très pratique à cause de la porte arrière.

Nexus: l'original de la famille

Nous avons terminé ce test complet de la gamme Hyundai avec un produit exotique et rare : le Lien. Ce puissant tout-terrain fonctionne avec l'hydrogène, une technologie peu utilisée mais à laquelle croit Hyundai. Le constructeur coréen est l'un des rares à poursuivre son développement, avec Toyota et sa Mirai. Tout a commencé avec le Pile à combustible IX35, le projet de véhicule à hydrogène est en cours, e on se demande pourquoi la solution n'a pas été poussée plus loin par les fabricants et les états

...

Lobby, un processus coûteux et pas forcément plus propre, plusieurs raisons peuvent l'expliquer. Il reste à faire plus de 660 km avec un réservoir plein d'hydrogène en seulement 3 minutes, avec le mêmes performances et avantages d'un électrique qui a plus de difficulté à charger, est assez attrayant.

Mais avec un prix autour 70 000 euros, c'est à Réseau quasi inexistant de bornes de recharge Oui extrêmement coûteux le Nexus est également très rare dans nos régions. Lors de nos tests, les équipes Hyundai ont révélé qu'elles en avaient vendu 9 cette année, principalement un des entreprises comme Air Liquide qui a des bornes de recharge. En Allemagne, le réseau est plus large et le succès de ces véhicules est indéniable, notamment avec les flottes et les taxis...

Comment choisir ?

En résumé, la politique de Hyundai de ne pas prendre de décisions afin de laisser le client choisir un modèle qui correspond à ses besoins porter des fruits. Les plus urbains sont le plus souvent électriques ou hybrides, rechargeables ou non. Ils peuvent faire de courts trajets facilement, sans réelle restriction et avec un bon niveau de confort. Et grâce à une autonomie assez élevée, partir le week-end ne demande pas beaucoup d'organisation

...

Pour les motards plus âgés, il y a toujours la solution des moteurs thermiques, parfois assistés par une légère hybridation appelée «accompagnement». En fait, Tout électrique n'est pas une solution, car nous essayons parfois de nous le vendre., et le thermique n'est pas une mauvaise solution en soi. Tout dépend, bien sûr, des besoins de chacun., et Hyundai a bien fait. Et pour les plus pionniers et aventuriers, il y a aussi l'option d'un véhicule à hydrogène avec le Nexus UFO.

...

Bientôt, le plus dur sera de choisir le corps que vous aimez !

Recommandé
Laissez Vos Commentaires