Principal » actualités » Essai Audi A6 allroad 50 TDI restylée (2019) : Bonne à tout faire

Essai Audi A6 allroad 50 TDI restylée (2019) : Bonne à tout faire

Pionnier parmi les camions suspendus, l'A6 allroad est toujours dans le catalogue Audi 20 ans après sa première introduction. De plus en plus technologique et luxueuse, elle a également mûri au fil du temps, au point de devenir la variante préférée des clients..

En France, 80% des Audi A6 sont vendues avec la carrosserie Avant, qui désigne les camions dans la nomenclature de la marque avec des anneaux. Et dans cette proportion, 60% de la commande Avant dans la version allroad. Autrement dit, si le concept de camion tout-terrain gagne du terrain, au point de devenir le produit préféré des clients A6. Il n'est donc pas surprenant qu'avec le temps, la route semble un peu plus calme. Il conserve toujours plus de garde au sol qu'un A6 conventionnel, mais les chaussures de protection proéminentes des premières versions ne sont plus qu'un lointain souvenir.... Même les extensions en plastique des ailes, reconnaissables au premier coup d'œil, ne sont plus obligatoires..

Il est désormais possible de commander la version allemande avec passages de roues et marchepieds peints de la même couleur que la carrosserie, comme en témoigne le modèle impeccable qui nous intéresse aujourd'hui. De loin, il devient difficile de distinguer les deux, surtout pour ceux qui ne savent pas. Les barres de toit et les pneus spécifiques vous permettent de savoir qui s'en occupe, tout comme les logos hors route gravés sur les seuils. Comme toutes les Audis modernes, les optiques adoptent une signature lumineuse agressive et distincte, tandis que le coffre abrite une tige qui relie les lumières..

Raffinement et élégance

Plus que l'extérieur, cependant, c'est l'intérieur qui mérite toute l'attention.. Le tableau de bord abrite deux grands écrans tactiles avec rétroaction haptique, Lancé pour la première fois dans la berline de luxe A8 et repris depuis par d'autres modèles de la gamme, comme la SQ7 récemment testée. La sensation d'entrer dans un vaisseau spatial est réelle, mais beaucoup de technologie vous oblige à quitter la route des yeux pour effectuer une action, ce qui n'est pas le moyen le plus sûr de conduire. Il y a toujours la possibilité de passer par la commande vocale, même si son utilisation est moins instinctive et rapide que de cliquer sur un bouton ou de toucher un écran où vous finissez par connaître les menus par cœur. Hormis ce souci d'ergonomie imputable aux écrans qui s'épanouissent plus dans le cockpit qu'Audi, le choix des matériaux est impeccable, le design moderne et les environnements au-dessus de tout soupçon. L'allroad chouchoute ses occupants avec beaucoup d'espace, à l'avant et à l'arrière.

Notre modèle d'essai était équipé du système audio standard d'Audi, qui a très bien fonctionné avec la délicieuse liste de lecture de pistes particulièrement éclectiques choisies par le personnel lors du test. Comme prévu, le Tableau de bord numérique Virtual Cockpit Il fait évidemment partie du jeu et permet de personnaliser un écran en fonction des besoins du moment. Compteurs de vitesse dominants, informations de navigation ou de voyage, tout est à portée de main et peut être piloté via le volant. Bonne nouvelle pour les amateurs d'options et de luxe, Audi a décidé d'élargir la gamme avec des finitions supplémentaires: Avus et Avus Extended. Ainsi, l'allroad devient un modèle à part entière avec sa propre architecture de gamme et non une seule version de l'A6 Avant. Tout le monde se perdra, mais les clients ont désormais le choix entre de nombreuses options.

Prêt pour toutes les situations

La force de l'Allroad réside dans sa suspension pneumatique configurable. Normalement, la garde au sol est de 139 mm. Ce dernier peut descendre jusqu'à 124 mm en mode Dynamique (transmission automatique à 120 km / h), mais aussi monter jusqu'à 169 mm en mode Off-Road, une configuration pouvant tenir jusqu'à 80 km / h pour se déplacer sereinement sur n'importe quelle route . Enfin, une portance active uniquement à faible vitesse (inférieure à 35 km / h) permet jusqu'à 184 mm de garde au sol, pour les obstacles les plus importants. L'A6 allroad ne devient pas un carrefour, mais quitter l'asphalte pour des pistes ou des routes secondaires ne vous fait pas peur. Et heureusement, cette capacité à marcher là où les autres n'oseraient pas baisser leurs roues ne se fait pas au détriment de la conduite dynamique, mais aussi à la fête....

En mode homonyme, la suspension limite efficacement les mouvements du corps, tandis que volants arrière (à mon avis l'une des meilleures innovations technologiques des trois dernières décennies, car elles font des merveilles dans les voitures à grandes enjambées et poids lourds) donnent l'impression que l'allroad est en permanence positionnée sur une voie. Le sous-virage est inexistant dans la conduite légale et les limites d'adhérence sont considérablement réduites. Impressionnant pour un roadster dont la principale vocation est de pique-niquer à la campagne plutôt que de rouler sur l'asphalte d'un col de montagne. Un différentiel à glissement limité est également disponible en option pour l'essieu arrière. Pourquoi évidemment, allroad de série avec transmission intégrale quattro (Type Torsen) et ce dernier préfère l'essieu arrière par défaut, avec une répartition du couple par essieu de 40/60.

La force silencieuse

Sur l'A6, 50 TDI correspond au V6 3.0 biturbo diesel de 286 ch, un bloc très similaire à ce que nous avions essayé sur le Volkswagen Touareg. Avec 620 Nm de couple, il est très flexible et souple en coulée. Mais lorsque le besoin s'en fait sentir, il se précipite aussi pour pousser l'Audi vigoureusement, avec un joli son étouffé malgré les quelques clics encore présents. Il compte environ 7,5 l / 100 km en roulant tranquillement et plutôt 10 l / 100 km en exploitant pleinement les capacités de puissance et de poussée du V6. Petite tache noire cependant, La boîte de vitesses Tiptronic à 8 rapports, si souple la plupart du temps, tire vraiment parti de son manque de réactivité. Le temps qu'il faut pour laisser tomber un rapport ou deux lorsque le besoin d'accélération est nécessaire signifie souvent que la pédale d'accélérateur est enfoncée trop fort pour le besoin réel de puissance. La paire tombe alors soudainement, provoquant des coups de pied qui peuvent surprendre si nous ne faisons pas attention. En ville, il y a aussi quelques secousses lors du ralentissement. Pas de quoi bouder sur l'A6, mais un changement de vitesse un peu plus réactif serait apprécié, d'autant plus que les temps de passage sont assez rapides une fois la voiture démarrée.

Véritable rasoir de l'armée suisse allemande, l'Audi A6 allroad n'a rien perdu de son éclat au fil des générations. Il reste un camion pratique, efficace et non féroce, offrant à son chauffeur diverses personnalités sur demande. Une véritable polyvalence, appréciable en toutes circonstances, d'autant plus que son centre de gravité plus bas que celui d'un SUV de cylindrée similaire, joue en faveur du plaisir de conduire. La recette miraculeuse !

Prix ​​Audi A6 allroad

Recommandé
Laissez Vos Commentaires