Principal » voitures » De la Renault 5 électrique à la Citroën C-Zero : 40 ans d’électromobilité !

De la Renault 5 électrique à la Citroën C-Zero : 40 ans d’électromobilité !

Résidant près de Lisieux (14), Laurent Méheut a une vie pleine d'épisodes anecdotiques qui le ramènent à la mobilité et aux énergies renouvelables. Il travaille actuellement sur une architecture V2H, basée sur une Citroën C-Zero, qu'il adapterait pour fournir une réserve de marche à un camion pizza....

Depuis l'enfance

Laurent Méheut est né dans une famille inspirée. Le peintre, dessinateur, illustrateur, décorateur, céramiste, sculpteur, graveur, est pour lui un grand oncle. Il est vrai que l'artiste Lamballais né en 1882 n'a pas souvent reproduit un véhicule. Cependant, on lui doit un croquis dit "Soldat devant la voiture" qui a été vendu aux enchères à Drouot..

En habitant près de Deauville (14), à l'âge de 16 ans, notre interlocuteur a également eu l'opportunité d'être le cadet de la fille d'André Citroën sur le golf de la ville à plusieurs reprises. C'était en 1981. «A cette époque, il me paraissait déjà fantastique de conduire une voiturette de golf électrique et j'ai apprécié le silence de fonctionnement», raconte Laurent Méheut.

Il faudra un bond de 13 ans avant que je puisse changer de vitesse.

Electromobile club de l 'Ouest

Début 1994, il fonde au Mans (72), avec quelques amis, le club Electromobile de l 'Ouest dont il est premier vice-président. «Le but de cette association était de promouvoir le véhicule électrique», explique Laurent Méheut..

A l'époque, il avait déclaré à un journaliste du journal Le Maine libre: "Nous voulons faire du Mans une ville pilote en matière d'utilisation de voitures électriques, comme La Rochelle en ce moment"..

Il poursuit, pour les lecteurs d'Automobile Propre: «Nous étions environ 25 membres mais nous n'avions pas de voiture électrique. Nous espérions faire quelque chose avec le circuit du Mans, créer une course de voitures électriques et solaires, mais je pense qu'il était trop tôt pour cela. et la mobilité électrique n'a pas été prise au sérieux au milieu des années 90 ".

Vélo et scooter électrifiés

Dans le cadre du club Electromobile de l 'Ouest, Laurent Méheut électrifiera un vélo. «J'ai eu un petit kit pour celui de Versailles avec un système de galets pour entraîner le volant, comme sur le Solex», confirme-t-il. En plus du moteur qui rechargeait déjà la batterie à la descente, l'ensemble comprenait un tableau de bord avec voltmètre et ampèremètre. Puis il a électrifié un scooter..

Toujours avec l'association, notre interlocuteur a participé à des expositions de présentation d'électromobilité. En 1995, le club Electromobile de l 'Ouest a reçu un van Volta fabriqué par SEER de l ' ACPVE (Association Charentaise pour la Promotion des Véhicules Électriques). «Au Vault, j'ai eu l'occasion de tester différentes configurations d'alimentation: des batteries plomb-acide, nickel-cadmium et des batteries chaudes Zebra au chlorure de sodium-nickel», se souvient...

Stage à Cerave

Par passion, Laurent Méheut se rendra à La Rochelle pour visiter le Centre de Recherche Appliquée et d'Evaluation des Véhicules Électriques (Cerave) où il découvrira et testera plusieurs voitures connectées, comme l'AX et les 106 premières équipées de batteries. plomb, mais aussi un scooter.

A une époque où les pionniers de la mobilité électrique étaient encore très peu nombreux, il a participé aux rares événements organisés pour la promouvoir. «J'ai donc pu arriver à La Rochelle depuis Paris dans une Renault 5 électrique qui disait:" Pas de fumée ni de bruit, je fonctionne à l'électricité ". Son propriétaire avait pris un groupe électrogène pour recharger les batteries pendant le voyage », se souvient-il..

Notre interlocuteur se fait connaître. La presse et certains auteurs de livres sur l'électromobilité le demandent. Dans le très éphémère magazine Elektra, il est photographié devant la tour Eiffel aux côtés du président Jacques Chirac et du PDG d'EDF..

EV1

Pour approfondir son sujet, Laurent Méheut n'hésite pas à voyager loin. En 1998, il a déménagé à Bruxelles pour tester General Motors EV1 lors du symposium EVS-15. «Il fallait s'inscrire pour tester des voitures électriques - il y avait de longues files d'attente», dit-il..

«L'EV1 était une super voiture, chargée par induction. L'émotion que j'ai ressentie lorsque j'ai poussé la première accélération de ce modèle, je ne l'ai trouvée que des années plus tard lors de mon premier essai d'une Tesla », raconte-t-il.« A bord, vous vous sentiez comme dans le cockpit d'une avion. Cette machine a très bien fonctionné! ", Il est toujours enthousiaste à ce sujet..

«Toyota a présenté sa Prius de première génération. Mais d'autres japonais ont également dévoilé une petite voiture électrique appelée «La Luciole», il énumère très brièvement...

De Lyra à C-Zero

Laurent Méheut conduit une voiture électrique depuis 1995. D'abord avec un Microcar Lyra, produit industriellement en série depuis 1992. Parmi ses anciens modèles: Erad Spacia, SEER Volta, Renault Clio, Citroën AX et C-Zero, Peugeot 106 et ione.

«J'ai acheté mon premier C-Zero au prix fort, en 2011, avant la grande vente en 2012. Celui que j'ai aujourd'hui date de 2016. Au total, j'ai parcouru plus de 200 000 kilomètres au volant de mes voitures électriques», rapporte-t-il...

"Je possédais également quelques deux-roues, dont les scooters Peugeot Scootelec et Vectrix VX-1. Mais le plus rare était une moto américaine construite pour le monde en une centaine d'exemplaires. J'ai eu la chance de posséder le seul VR 24 Electra qui atteint le sol français », ajoute notre interlocuteur..

94 panneaux solaires

Le normand a recouvert sa maison de panneaux solaires sur le toit (y compris la terrasse, le garage et autres dépendances) et sur les façades sud, est et ouest..

«La première installation (9 kW) avait une dizaine d'années, mais le travail a été mal fait par une entreprise qui avait vissé les panneaux directement sur les ardoises. Cela faisait longtemps que je voulais équiper ma maison de systèmes photovoltaïques. Une autre entreprise et un couvreur ont dû tout refaire », regrette-t-il..

«J'ai désormais une centrale solaire de 21 kW, dont 9 kW pour la revente à EDF et le reste pour l'autoconsommation. Je produis aussi à perte car je ne peux pas tout stocker. J'ai une unité de capacité 8-10 kWh obtenue à partir des anciennes batteries de traction Saft NiCd et du pack 14,5 kWh de mon C-Zero que je viens de convertir pour un fonctionnement V2H ", explique notre interlocuteur.

Chariot à pizza V2H ou V2

Lors de notre entretien avec Laurent Méheut, l'architecture V2H (Vehicle to Home, Vehicle to Home) était en place et fonctionnait. Mais lors des premiers essais, la voiture a refusé de partir. Cependant, notre interlocuteur est confiant dans la poursuite de votre projet. «Dans le C-Zero, j'ai ajouté un onduleur, un coupleur haute tension, un différentiel 30 mA, un compteur de consommation et divers dispositifs de sécurité», répertorie..

Il adapte actuellement cette architecture pour alimenter un camion à pizza. «Aujourd'hui, le propriétaire du véhicule dépense 850 € par mois en essence et par mois pour faire fonctionner un groupe électrogène en continu afin d'avoir l'électricité nécessaire à son entreprise. Il va bientôt retrouver ses énergies et bien plus adéquatement avec sa Citroën C-Zero », se réjouit notre interviewé...

Charge hydroélectrique

Laurent Méheut a plus d'un projet en tête. En Bretagne, à une quinzaine de kilomètres de Loudéac (22), il améliore le système de turbine d'un moulin à eau pour alimenter les locataires locaux et, il l'espère, pourra recharger les batteries de sa prochaine voiture électrique. «Je pense acheter une Hyundai Ioniq de 38 kWh qui me permettrait d'accéder à ce site depuis Lisieux», réfléchit-il...

«À l'usine, j'ai l'intention de remplacer la turbine Teisset Rose Bhault, installée en 1940, par un modèle moderne à flux axial. Grâce à une cascade de 4,60 mètres, j'ai une puissance de production continue de 1,5 kW », révèle-t-il..

Automobile Propre et moi tenons à remercier Laurent Méheut pour sa proposition d'entretiens spontanés et pour le temps qu'il a consacré à nous expliquer tous ses projets...

Recommandé
Laissez Vos Commentaires