Principal » voitures » Conversion en voiture électrique : Dans l’AIRe et pour bientôt ?

Conversion en voiture électrique : Dans l’AIRe et pour bientôt ?

La Coccinelle passe à l'électrique - Source: Vendée Energie Tour

Quatre entreprises spécialisées viennent de créer une association pour intégrer la conversion des véhicules thermiques en véhicules électriques dans le cadre de la loi d'orientation sur la mobilité (Lom). Qui sont ces "acteurs dans le domaine de la modernisation moderne"? ?

Double objectif

Plus précisément, AIRe poursuit 2 objectifs qui sont présentés ci-dessous: «Sensibiliser les pouvoirs publics, le monde économique et le grand public aux intérêts multiples de la transformation des véhicules thermiques en véhicules électriques», et «Agir pour adapter la réglementation et enfin pour faciliter les démarches administratives qui permettent le développement de cette activité ".

Trouver

L'action de l'AIRe est de repousser les limites administratives en France, après une enquête qui a montré que 22 pays dans le monde favorisent déjà la transformation des véhicules identifiés aujourd'hui par leurs différentes contaminations, vers l'approvisionnement en énergie en ligne avec la voie de la mobilité et du développement durables.

L'Europe est divisée en 3 cas. Premièrement, les pays qui acceptent librement la conversion contre une simple déclaration, comme au Royaume-Uni. La plupart des territoires (Espagne, Portugal, Italie, Allemagne, Belgique, Suisse, Roumanie, Autriche, Suède, Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, etc.) autorisent l'opération après validation d'un dossier unique..

La France en rouge

En rouge et au premier plan au milieu de tous ces pays, la France, où l'extrême complexité administrative équivaut finalement à une interdiction. Il y place tellement d'obstacles qu'il interdit effectivement le développement de ce secteur (PME, producteurs et création d'emplois associés), qui quitte nos voisins », soutiennent les fondateurs de 'Zone.

Cependant, la liste des avantages de favoriser une conversion au secteur de l'électricité est particulièrement frappante: éliminer les moteurs qui torréfient les produits pétroliers, intégrer les projets de transformation dans une économie circulaire dynamique, etc. «Non pas pour détruire, mais pour remettre en état des véhicules en parfait état de fonctionnement», soulignent les membres qui ne pensent pas seulement aux voitures individuelles, anciennes ou nouvelles. Aussi sur les bus, motos, camions, bateaux, etc....

Brouzils Auto

Parmi les 4 fondateurs d'AIRe: Brouzils Auto, basé en Vendée. Son dirigeant, Jérémy Cantin, que nous avons déjà interviewé, est vice-président de l'association.

Connu pour son ElectroCox qui suscite sympathie et promesses sur son chemin, il commente à nos lecteurs: «L'idée d'AIRe s'est développée à travers les échanges que nous avons eu ensemble lors des salons où nous nous sommes rencontrés. rencontré. La dernière version des statuts remonte à Noël dernier. Nous avons tous nos contacts avec les institutions concernées et avons déjà rencontré plusieurs personnes. Créer cette association est une bonne chose. Il existe peu d'opérateurs de rénovation électrique en France. Nous ne nous considérons pas comme des concurrents. Au contraire, nous partageons vraiment le souci de préserver l'environnement. Nous voulons montrer à quatre que la conversion électrique est possible, ce qui est positif et contribue à définir un cadre juridique de qualité ». Jérémy Cantin ne cache pas sa satisfaction d'apprendre qu'il est un sénateur vendéen, Didier Mandelli, nommé rapporteur du projet de loi de Lom pour le Sénat.

Vice-président de l'association et fondateur de Brouzils Auto, Jérémy Cantin a développé l'ElectroCox, une coccinelle transformée en électrique

Le déménagement d'Ian

Un autre vice-président d'AIRe, Roland Schaumann est co-fondateur d'Ian Motion. Nous avons déjà eu l'occasion de vous présenter cette entreprise née en 2016 et installée dans le quartier du Mans (72). Il y a seulement 2 ans, il parlait de sa conversion d'une Austin Mini. L'aventure continue pour Ian Motion, et devrait également être encouragée par la création de l'association.

Carte de visite: "Avec une équipe issue de l'industrie automobile et de la Formule 1, notre expérience nous permet de proposer une solution réussie et homologuée dont les différents éléments ont été développés avec la plus grande rigueur, selon les normes automobiles". Egalement co-fondateur de la société Laurent Blond. Tous deux ont travaillé chez Renault Sport F1 dans le développement du moteur hybride utilisé en course..

Carwatt

Co-président d'AIRe, Gérard Feldzer est un ancien capitaine et journaliste transport, co-fondateur de Carwatt. Cette société se distingue des 3 autres impliquées dans l'association: elle ne s'occupe pas de voitures ou de véhicules utilitaires légers, mais s'est engagée à transformer des véhicules industriels et spéciaux en véhicules électriques (véhicules pour services aéroportuaires, entretien routier, logistique urbaine, bateaux, etc. ).

«Nous permettons aux entreprises, aux particuliers ou aux collectivités de transformer une flotte de véhicules ou de véhicules spécialisés en véhicules électriques à forte valeur ajoutée à plusieurs reprises avec une longue durée de vie», explique Carwatt. Cependant, en naviguant sur le site Web de la société, vous pouvez tomber sur une délicieuse Vespa 400 électrique..

Véhicules électriques Retrofuture

Chargé du contact avec la presse, Arnaud Pigounides est également co-président d'AIRe. Nous l'avons contacté à la fois pour parler de l'association et pour nous présenter Retrofuture Electric Vehicles, dont il est co-fondateur. Nous ne connaissions pas cette société, dont le siège social est à Paris. Et pour cause, sa fondation est récente et les premiers prototypes pourraient être présentés en avril prochain..

«Nous travaillons actuellement sur une Volkswagen Combi, une Peugeot 504 et une Citroën DS de 1969», met l'eau à la bouche de notre interlocuteur...

L'exemple américain

Arnaud Pigounides revient des Etats-Unis, où il a passé plusieurs années, notamment à New York et Los Angeles. «Là, je m'intéressais aux transformations de VW, Karmann, Porsche effectuées par le garage California EV West. J'ai même ma Porsche 914 convertie que j'ai dû laisser en Amérique car je ne peux pas l'utiliser ici. De retour en France, je souhaitais démarrer mon entreprise de conversion. Ils m'ont dit: "Ne le fais pas, tu ne le feras jamais!" ", Témoigner..

«Avec l'association, je travaillerai dur pour amener la modernisation dans le cadre de la loi de Lom», assure notre interlocuteur compréhensif. «Il ne faut pas interdire les vieilles voitures!» Plaide-t-il.

2 appartements

Arnaud Pigounides souhaite diviser l'activité Retrofuture Véhicules Electriques en au moins 2 pôles, dans un premier temps: «Le premier traiterait de la conversion des voitures d'exception, et le second des véhicules plus anciens et des youngtimers les plus populaires». Citation pour ce dernier, sans aucune exhaustivité: "Peugeot 404, Triumph Spitfire, Mini, Renault Fuego, etc." Et peut-être que plus tard, l'entreprise passera également aux motos..

Lors de notre entretien, l'un des mots souvent prononcés dans les propos d'Arnaud Pigounides était «Démocratiser». Il explique: «Chacun doit pouvoir transformer la voiture de son choix en véhicule électrique! ".

Cohérence européenne

«Aujourd'hui, on ne peut pas convertir une vieille DS, alors que c'est possible en Allemagne, en Italie ou en Belgique!», Deplora Arnaud Pigounides. "Mais avec la loi de Lom, nous avons une avenue devant nous. Nous travaillons au sein d'AIRe sur des spécifications très spécifiques. Nécessaire pour une conversion très sûre Nous nous dirigeons vers une réglementation qui pourrait s'appliquer à toute l'Europe. L'Italie a signé un décret en ce sens il y a 3 ans. Le cadre juridique allemand est également très bon et très proche du droit italien. Son travail nous inspire ", explique le directeur de Retrofuture Electric Vehicles..

De réelles chances de succès ?

Depuis des années, divers passionnés de mobilité électrique tentent de faire bouger les choses du côté du droit français, en vain. Quelles sont les chances que AIRe réussisse dans votre projet? "Vous m'auriez posé la question il y a 3 mois, j'aurais répondu: 30%! Aujourd'hui j'ai réévalué nos chances à 95%", s'enthousiasme-t-il..

Il justifie: «Nous pensons que la DGEC [NDLR: la direction générale de l'énergie et du climat qui dépend du ministère de la transition écologique et solidaire], le CNRV [NDLR: Centre national d'accueil des véhicules, autorité française responsable de la délivrance des agréments], Utac [NDLR: l'organe technique central de contrôle technique des véhicules] et le ministère sont à l'écoute. Nous devons leur proposer nous-mêmes des éléments très spécifiques », dit-il...

Les communautés aussi

La conversion à l'électrique et le cadre d'application dans lequel travaillent les 4 partenaires ne se limitent pas aux voitures. «Nous pensons également aux communautés qui pourraient, par exemple, convertir des bus diesel qui sont encore en excellent état de conduite», confirme-t-il....

Pour plus d'informations: site web de l'association

Recommandé
Laissez Vos Commentaires