Principal » sport auto » Clastres : mon expérience en journée open avec l’Elise

Clastres : mon expérience en journée open avec l’Elise

Après Dijon-Prenois, Dimanche 24 mai je suis allé à Clastres. Un circuit sur lequel j'avais déjà mis les roues, mais pas de son expansion à compter du 1er mai 2014. C'était donc l'occasion idéale pour Lotus Elise !

Une perception

...

trop vite !

Après 2 heures et demie de route, j'ai rejoint la Picardie dans l'Aisne (02), sur le site de la Clé des Champs et plus précisément sur le circuit de Clastres. Juste avant 10h, le propriétaire d'une Peugeot 106 jaune préparée me propose son siège passager pour faire une petite reconnaissance de cette piste partiellement neuve.. L'étape réalisée l'an dernier ajoute quelques virages rapides et prolonge la ligne droite, ce qui est une bonne nouvelle pour cette piste réputée pour sa lenteur....

A noter qu'une autre extension est déjà à l'étude compte tenu du succès du circuit. Il faut dire qu'en cette belle journée ensoleillée, les Français n'étaient pas les seuls à avoir répondu. Dans le jeu, il y a aussi des Belges et des Luxembourgeois. Le terrain est assez encombré de nombreuses petites voitures, mais aussi de voitures plus robustes.

...

Le talon réapprend

Quant à mon expérience avec mon Elise 111R toujours en semi-slick (Toyo cette fois), elle a été très gentille sur cette piste une fois de plus. Le revêtement est toujours impeccable (la piste n'a qu'un peu plus de 5 ans!) Avec une bonne adhérence en attendant les jeux sont rassurants en cas d'erreur. C'est excitant de sauter d'un virage à l'autre avec la Lotus dans les parties sinueuses, ainsi que de gagner de la vitesse dans les virages rapides. Les pneus offrent une excellente adhérence, vous pouvez donc aller très fort

...

Cependant, je me suis concentré sur le perfectionnement de la pointe du talon. Je faisais déjà cela avec ma BMW E36 323i, qui dispose d'un pédalier idéal pour cette technique de conduite. Puisque la pédale anglaise est suspendue, la pointe-pointe est plus facile, mais c'est pourquoi j'ai dû réapprendre presque tout. et, en particulier, freiner fort avec seulement la moitié du pied droit sur la pédale. Il est difficile !

Après trois séances d'environ 15 minutes, ça commence à être plus naturel et je peux enfin freiner fort avec juste le côté gauche de mon pied droit sur la pédale de frein. Je peux donc rétrograder tout en préservant la boîte de vitesses et l'embrayage tout en générant au mieux moins de secousses ! Malheureusement les nombreux drapeaux rouges réduisent le temps de conduite à chier.. Il est déjà 16h30 et la fin est proche.

À bord d'un GT86 préparé !

La "pré-grille" est déjà saturée, j'en profite pour affronter le Toyota GT86 préparé d'un Belge que j'ai rencontré là-bas. Un modèle qui ne m'est pas inconnu, surtout sur piste, car J'avais déjà pu conduire cette voiture dans sa configuration d'origine sur le circuit.. Par conséquent, j'étais particulièrement curieux de voir le résultat une fois vidé et augmenté à 215ch..

Avec les pneus route, les Japonais s'en sortaient étonnamment bien! J'étais convaincu que la base était très saine. Ici, après ces quelques changements, la GT86 est très, très efficace. ! La traction est vraiment bonne, le boxer quatre cylindres de Subaru réagit énergiquement, la GT86 tourne à plat et le freinage est dur. C'est une belle expérience avant de reprendre le chemin du retour. !

...

Une petite vidéo pour vous donner un aperçu de la journée:

Je ne peux pas attendre la prochaine version, peut-être à l'intérieur Club Magny-Cours à la mi-juillet !

Suivre. ?







Recommandé
Laissez Vos Commentaires