Principal » guide conso » Buggy électrique : Le témoignage d’une pilote E-Gazelles

Buggy électrique : Le témoignage d’une pilote E-Gazelles

Avec l'envie de participer à un rallye-raid, mais sans céder à la tentation du 4 × 4 habituel, Charlène Lestienne a eu le privilège d'exhiber l'un des 2 buggies électriques dessinés par Vendée Jérémy Cantin, selon les spécifications fournies par Fabien Lagier. Témoignage pour Automobile Propre.

Gazelles électroniques

Créé en 1990, le rassemblement Aïcha des Gazelles rassemble plus de 300 femmes, du monde entier, qui se déplacent de phare en phare sur le sol marocain, depuis la France, sans GPS et parcourant le moins de kilomètres possible. Et ce, en s'appropriant les valeurs chères à Dominique Serra, à l'origine du Calvaire: tolérance, solidarité, persévérance, respect du pays traversé et de l'environnement....

En 2017, l'aventure commence à se tourner vers la mobilité électrique avec Fabien Lagier, directeur fondateur de la société Gardanne Solutions-VE (13).

Poussette électrique

Après le test 2018 en situation réelle, réalisé avec Bolloré Bluesummer et la Citroën E-Méhari reconvertie, Fabien Lagier a souhaité proposer à Malenga, l'organisateur du rallye-raid, un buggy électrique. spécialement développé pour cette aventure.

Dans sa recherche de partenaire, ce passionné de véhicules de mode est tombé sur Jérémy Cantin, auteur, avec son équipe chez Brouzils Auto, de la célèbre ElectroCox qui poursuit sa voie vers la légalisation de la conversion aux modèles électriques de thermiques. maintenant considéré comme trop polluant.

600 et 601

C'est à la dernière minute que les 2 buggies électriques, fruit de la collaboration des 2 entreprises, passent les tests de validation de leur participation au rallye-raid 2019, dans la série des numéros 600, les différenciant des Bolloré Bluesummer et Citroën E-Méhari (série 500) et Renault Zoé.

En buggy électrique n ° 601: Barbara Barbier, institutrice dans la quarantaine de Moselle, et Charlène Lestienne, Metz, 33 ans, directrice commerciale de l'assurance sport automobile, notre interviewée.

A bord du buggy électrique: Barbara Barbier (à gauche) et Charlène Lestienne (à droite)

L'envie d'une voiture électrique

Avant de participer à l'aventure E-Gazelles, Charlène Lestienne n'avait jamais essayé de voiture électrique. «Je conduis déjà une voiture hybride, mais passer à une voiture électrique n'est pas facile quand on habite dans un immeuble», nous dit-il....

Pourquoi ce choix d'un véhicule électrique pour le rallye-raid? "Je n'ai pas une grande sensibilité pour le 4 × 4 habituel", répond-il. «C'était notre choix de participer avec un véhicule différent et efficace, pour vivre pleinement l'aventure du désert», explique-t-il au nom de l'équipage....

«Grâce à Christophe Troubat, d'e-Racing Car qui développe un plateau électrique à Fontenay-le-Comte pour les auto-écoles, nous avons contacté Jérémy Cantin, d'abord par téléphone», poursuit-il...

Confiance totale

«Puis j'ai rencontré le concepteur de buggy au Mondial de l'Auto en octobre dernier. Il nous donnait régulièrement des nouvelles. Lorsqu'ils étaient espacés, nous pensions qu'il avait des difficultés, mais nous avions une totale confiance en lui», rapporte Charlène Lestienne..

«Elle était convaincue de pouvoir terminer le véhicule à temps et ne nous a jamais fait part de stress», dit-elle. «Sur place, pendant le rallye, il a parfois travaillé toute la nuit pour corriger ce qui n'allait pas ou pouvait être amélioré: c'est une personne très attentive et très compétente», insiste-t-il....

Fruit du hasard

Cependant, le programme serré de construction et de développement des 2 poussettes électriques n'a pas permis aux 2 équipages des numéros 600 et 601 de mettre la main sur les véhicules avant le départ....

«Ce manque de tests préalables faisait vraiment défaut, d'autant plus qu'il fallait aussi apprendre les principes de la navigation à la demande, sans GPS», admet Charlène Lestienne. «Il a fallu les 3 premières étapes pour mettre la poussette en main», dit-il..

Terrain d'essai du monde réel

«Le prologue en France s'est bien passé. Ça n'a pas été difficile. Cependant, nous avons subi une surchauffe du moteur arrière en raison d'une fuite de liquide de refroidissement. Les vibrations que le gravier sur la route provoquait dans notre poussette, et il tremblait beaucoup, ont fait desserrer les vis et par conséquent le liquide fuit », explique Charlène Lestienne..

«Peu de temps après, nous avons rencontré un problème de décharge de la batterie 12 V. Les tests avant le départ permettraient sans doute de mettre en évidence ces problèmes qui finiraient par être qualifiés de minimes», précise notre interlocuteur...

Comprendre le fonctionnement du véhicule.

«Pouvoir tester le buggy avant la compétition nous aurait également permis de comprendre le fonctionnement du véhicule», explique Charlène Lestienne..

Il raconte par exemple: «Quand nous nous dirigions vers les dunes, nous savions que nous devions baisser la pression des pneus. Mais à quelle valeur? Nous n'avions aucune idée. De plus, nous avons eu des difficultés au départ sur ce terrain car nous ne savions pas comment. la poussette se comporterait en accélérant dans le sable "..

Très efficace dans le désert

Charlène Lestienne n'a pourtant aucun regret: "C'est une belle expérience que nous avons vécue entièrement dans le but d'avancer dans la catégorie E-Gazelles. Car le rallye-raid bénéficie d'un impact environnemental toujours plus faible que les années".

Evaluer: «Cette poussette électrique est vraiment efficace dans le désert! Nous avons fait des étapes de 200 kilomètres engloutis sans problème, dans des conditions difficiles. Et l'indicateur d'alimentation n'était pas rouge. Nous n'avons jamais connu de manque de carburant. L'autonomie des poussettes est supérieure à celle des autres voitures électriques immatriculées ".

Notre interlocuteur espère que d'autres moyens plus propres de recharger les batteries que les générateurs diesel seront développés. "Lors de l'essai, 2 E-Mehari avait des panneaux solaires, des équipements qui prenaient beaucoup de place", a-t-il déclaré....

Anecdote

«Nous avons eu une première fois en 2019: l'annulation d'un événement pour cause de pluie, avec les cascades les plus lourdes connues depuis 2002. Nous étions fatigués de 3 jours d'essais. Il était difficile de gérer cette situation. C'est ici que nous voyons que c'est dans des conditions difficiles que nous parvenons à nous améliorer et que nous découvrons notre adaptabilité. Le terrain avait littéralement été transformé en piscine. A 3 heures du matin nous éclaboussions dans la boue », énumère Charlène Lestienne..

Une nouvelle participation ?

Retour à l'aventure en 2020 ?

«Je veux vraiment refaire ce rallye, mais la participation est un lourd projet d'investissement personnel, avec de nombreuses implications pour nos proches que nous ne pouvons pas contacter pendant le rallye-raid», déclare la jeune Lorena..

"Nous devons chercher des sponsors et dépenser beaucoup d'argent personnel. Alors peut-être en 2021, ou plus tard, pour une nouvelle participation", conclut-il...

Tour énergétique de la Vendée

Charlène Lestienne se rendra à Metz en juin prochain pour participer au Vendée Energy Tour, dont Automobile Propre est partenaire média, et pour assister à sa participation au rallye Aïcha des Gazelles..

Mercredi 5 sera sur le circuit de Fontenay-le-Comte, avec le buggy Jérémy Cantin et l'équipe e-Racing Car présentant leur plateau d'entraînement à la conduite sportive électrique..

Dans la nuit du 6 juin, il sera présent à la soirée cinéma Ferrière.

Automobile Propre et moi remercions beaucoup Charlène Lestienne d'avoir pris le temps de se consacrer à son emploi du temps chargé...

Recommandé
Laissez Vos Commentaires