Principal » actualités » 1000 km en Renault Captur 1.5 BLUE DCI 115 INTENS EDC

1000 km en Renault Captur 1.5 BLUE DCI 115 INTENS EDC

Le Renault Captur passe à la deuxième génération pour mieux affronter la concurrence. Ce dernier, en effet, se renouvelle, comme la Peugeot 2008 et le Nissan Juke, et se diversifie avec des nouveautés comme la Ford Puma et la Skoda Kamiq. Nous avons conduit le Captur avec son moteur DCi 115 pendant près de 1000 km pour voir s'il était capable de maintenir sa position de leader..

Pour juger de ce nouveau Captur, nous avons pris la route de Paris à la côte atlantique en Charente-Maritime. Mais avant d'atteindre les beaux paysages qui entourent La Rochelle, ou les îles de Ré et d'Oléron, il faut passer par les embouteillages de la région Ile-de-France. Au moins cela nous permet d'observer la cabine dans laquelle nous sommes confortablement installés. Malgré avoir trouvé sa position de conduite réglages sans amplitude, vous vous trouvez assis dans des sièges confortables et devant un volant avec une jante épaisse et confortable à tenir. Derrière ça un écran de 10 pouces qui remplace les compteurs. Ce dernier est lisible et paramétrable dans trois écrans qui changent selon le mode de conduite choisi (Sport, Eco ou MySens). Il se trouve également qu'il est plus grand que celui de la Clio V limité à 7 pouces. Une différence surprenante, les deux véhicules sont construits sur la même base.

...

Devant nous, on retrouve le fameux tableau de bord de la voiture urbaine, pourtant légèrement modifié, notamment au niveau des aérateurs. Au centre se trouve la grande étagère de 9,3 ”(en option selon la configuration) identique à la Clio. La commande vocale est efficace pour démarrer de la musique ou planifier un voyage via le GPS. Cependant, il est encore trop lent par rapport à celui de nos smartphones qui peuvent être connectés via Android Auto ou Apple CarPlay. La conception générale est toujours très classique., et nous nous orientons rapidement à bord. La qualité est là et une nette amélioration par rapport à la génération précédente..

Assez d'espace

La douceur de roulement sur l'autoroute nous emmène aux portes de la Charente-Maritime, le Captur est montré confortable sur ce type de parcours pour tous ses occupants, notamment grâce à avec des sièges assez souples sans que nous soyons trop assis. En termes d'habitabilité il n'y a pas de changement majeur par rapport à la génération précédente, malgré les 11 cm que prend ce nouveau Captur.. Si l'espace pour les jambes augmente légèrement, ce n'est que grâce aux dossiers des sièges avant, qui sont plus profonds qu'auparavant. Le coffre ne profite guère de cette augmentation avec un volume allant de 422 L à 536 L selon la position de la voiture. Banc coulissant 16 cm. La boîte à gants dans le tiroir est toujours là, très pratique à utiliser si vous êtes seul mais qui rétrécit si un passager est assez loin. Le tiroir heurte alors rapidement ses genoux lorsqu'il veut l'ouvrir (la boîte à gants).

Le confort est votre force

Après une halte du côté de La Rochelle, nous reprenons la route de l'île d'Oléron où nous profiterons de l'absence de touristes pour admirer les nombreux marais en toute tranquillité. En chemin, nous empruntons la D238 qui serpente à travers les marais autour de Hiers-Brouage. Ce chemin permet de mettre en évidence les qualités dynamiques de ce Captur, basé sur la même plateforme CMF-B que la Clio. Comme la citadine, Renault en a également privilégié une Comportement neutre et rassurant pour plaire au plus grand nombre. Très sûr à conduire, le Captur ne s'écarte jamais de sa trajectoire avec un essieu avant qui pénètre facilement dans les virages, tandis que l'arrière ne bouge toujours pas d'un iota. La gestion est assez simple, mais on aurait aimé qu'elle soit un peu plus informative pour que l'image soit parfaite. En matière de confort, le Captur est un excellent apprenti - son amortissement fonctionne efficacement et élimine la plupart des défauts de la route. mais cependant, attention aux jantes 18 ' 'Standard dans la finition intense, ils génèrent vibrations désagréables mais surtout ils provoquent ascenseurs secs sur les imperfections constatées à basse vitesse.

Sous le capot on profite 1.5 Blue dCi en version 115, à savoir, la version diesel la plus puissante disponible dans notre SUV (il existe également un 90 ch). Avec ses 260 Nm de couple, il est largement suffisant pour se déplacer avec toute la famille à bord. Que ce soit sur l'autoroute ou dans les petites rues d'Oléron, ce quatre cylindres a fait ses preuves... Le bruit et les vibrations sont si bien contrôlés qu'à vitesse constante, il sera difficile de deviner qu'il fonctionne au fioul (le contraire de la Skoda Kamiq récemment testée). Ce n'est que lors d'une forte accélération que vous pouvez l'entendre gronder, sans jamais être envahissant. Il est tellement discipliné que lors de ses déplacements sur l'autoroute, il sera plus gêné malheureusement, vous pouvez entendre des bruits d'air à 110 km / h.

La transmission automatique EDC oublie et écrase ses sept rapports sans problème. Orienté vers l'économie, il essaie de monter le plus rapidement possible et est un peu lent lorsqu'il s'agit d'accélérer le rythme. Mais ce n'est pas la vocation principale de ce Captur, plus apte à chouchouter ses occupants qu'à les pousser dans le premier virage. Par contre, l'absence de freins moteur est plus gênante au quotidien. Lors de la rétrogradation avec les palettes derrière le volant (pour ralentir sans appuyer sur le frein lors de la descente d'un col ou de l'approche d'un rond-point), peu importe. grand effet. La voiture continue d'avancer, sans résistance particulière.

...

Et si vous êtes sur l'autoroute, ne comptez pas sur le régulateur de vitesse pour réduire votre vitesse dans les descentes raides. Cela commencera à clignoter et vous devrez appliquer le frein pour maintenir le rythme souhaité. Faites attention aux radars placés au pied des pistes !

Un style plus impressionnant

Après Oléron, nous avons décidé de retourner sur l'île de Ré, où nous nous sommes arrêtés au port d'Ars en Ré. L'occasion parfaite pour prendre quelques photos et observer ce nouveau Captur. Contrairement à la Peugeot 2008 qui a totalement changé le style, le Captur II reste dans la continuité de son prédécesseur tout en adoptant des lignes plus nettes. À l'avant, des phares en forme de C apparaissent, avec un diamant plus gros au centre de la calandre et de nouvelles ouïes chromées sur le pare-chocs. Le profil maintient des lignes arrondies, typiques du style souhaité par le designer Laurens Van Den Acker. Derrière, cependant, le changement est plus marqué. L'élément le plus visible sont les feux qui prennent la forme du C.Si la partie supérieure de ce dernier est plus longue que la partie inférieure et mord le hayon, la symétrie est réalisée par un pli de la carrosserie qui donne l'Empreinte pour encadrer le logo et nom du modèle, inscrits au centre de la chaussure. Cela a également pour effet de renforcer visuellement la largeur de la carrosserie, soit une augmentation de 2 cm par rapport au Captur I. Les ailes arrière sont également plus prononcées pour augmenter cet effet visuel. Comme son prédécesseur, la personnalisation n'est pas oubliée avec la possibilité d'opter pour une peinture bicolore et 90 combinaisons possibles.

Diesel cher

Au final, ce Renault Captur, le deuxième du nom, s'est avéré être un compagnon idéal lors de notre évasion. Confortable, pratique et avec un diesel qui sait être poli et peut se concentrer sur la boisson: l'ordinateur de bord indiquait une consommation moyenne de 6,2 L / 100 km. Un très bon score à la fin de notre cours, réalisé principalement sur l'autoroute en chargeant. À vide et sur une autoroute nationale, il nous a même été possible de perdre 5,5 L / 100km. !.

Le diamant a su développer son Captur et l'améliorer dans tous les secteurs. Malheureusement, équipée de ce Blue dCi 115 et de sa transmission automatique à double embrayage EDC en finition Intens, notre voiture d'essai ne coûte rien de moins que 28 500 €. Une quantité non négligeable, surtout par rapport au même modèle mais avec le très bon TCe 130 a montré 2100 € de moins, avec un équipement équivalent. Bien que la différence de consommation profite à notre moteur diesel, cette importante différence de prix il suffit de le réserver pour les cyclistes lourds.

Recommandé
Laissez Vos Commentaires